The Artist



  • text alternatif

    Faire un film muet en 2011 tenait vraiment du pari fou, et le producteur Thomas Langmann mérite vraiment d'être remercié et félicité d'avoir soutenu ce qui allait devenir un évènement planétaire. Rappelons que ce film a raflé une quantité exceptionnelle de prix, un mélodrame muet, en N&B, qui parle des pionniers du cinéma a visiblement un caractère universel au pouvoir émotionnel comparable à une peinture ou une symphonie, pas besoin de doublage ! tlm comprend!

    En ces temps de télé HD, de cinéma 3D, de blockbusters de millions d'euros, "The Artist" c'est d'abord un message pour rappeler que le cinéma ça n'est pas que du divertissement visuel, on ne va pas en salles comme au futuroscope ! l'Art c'est autre chose !

    Que dire ? il n'y a rien à jeter

    La musique:
    Elle est géniale et déjà culte, primé aux Oscars, Ludovic Bource a réussi à nous ré-immerger dans le Hollywood des années 30, le film étant muet, la musique joue un rôle crucial pour appuyer le jeu visuel: lente, rapide, sombre, enjouée, ... elle est parfaite de bout en bout et participe grandement à la charge émotionnelle qui va croissante au fil du drame. Bravo Mr Bource !

    la photo:
    Le N&B s'imposait pour une telle époque et un tel sujet, et très vite on n'y fait plus attention, mais en plus visuellement les portraits tirent un immense profit de cette technique qui embellit les visages, la qualité des prises de vue, des plans, de la lumière et donc des ombres témoignent d'un soin magistral d'un cameraman redevenu photographe de studio, Hazanavicius a t il bossé aux studios Harcourt ?
    😄

    Bérénice & Jean par Studio Harcourt

    text alternatiftext alternatif

    les seconds rôles:
    Ils sont remarquables, James Cromwell, (Clifton) est d'une élégance et d'une précision très importante, le directeur des studios (Goodman) est aussi très bon, mais même les autres actrices ou acteurs se sont visiblement régalé dans ce qui est finalement pour elles et eux une expérience inhabituelle: devoir se taire et pourtant parvenir à exprimer sentiments et idées, ils ont su relever ce défi !! bravo !!

    Bérénice et Jean: J'adore !
    Le rôle de leur vie, c'est un duo indissociable, ils sont marqués à vie par ce film qui les suivra toujours, et si Jean (George Valentin) est excellentissime, Bérénice (Peppy Miller) est tout simplement délicieuse, craquante, et tellement belle... Colossale injustice que d'avoir autant mis en évidence Jean alors que sans le brio de Bérénice il n'aurait pas pu briller, merci aux Césars de l'avoir replacée dans la lumière. ♥

    Michel Hazanavicius:
    Une standing ovation pour un réalisateur français qui a réalisé un OVNI et qui propose enfin autre chose que les sempiternelles et emmerdantes ruminations névrotiques qu'on nous vomit sans cesse, véritable fléau de l'intellectualisme pédant d'un certain cinéma parisien. 👎

    Après les pépites humoristiques qui furent les 2 OSS, M.H. débarque avec ça, ... Chapeau bas Monsieur !

    Un sacré courage, il risquait très gros en cas de fiasco, mais au lieu de ça il vient de se hisser très haut, ...

    Un film qui ne lasse tj pas et n'a pas fini de plaire, sans prétention ! l'âme des vrais Artistes

    En fait le titre est plutôt "the Artists", avec un S, pour tant de talents !

    Surtout l'occasion de voir ou revoir tous ces grands films des années 20 et 30 dont Hazanavicius assume l'inspiration et qu'il adore et nous aussi.

    A commencer par le plus évident car c'est en gros le même scenario: "A Star is born", mais aussi plein d'autres il le dit dans ses interviews, c'est un hommage au cinéma muet. Il est clair que celui qui n'a rien vu de ces films passera à coté de beaucoup de clins d'oeil, mais ça n'est pas si grave, car alors sa curiosité le poussera à en découvrir.

    L'Hommage à Douglas Fairbanks crève les yeux:
    02-28-12-The-Artist.jpg

    Oui si vous kiffez "The Artist" et bien c'est évident, vous aimé un film muet 😉 🎬 et réalisez le vous pouvez aimer le cinéma muet muet, en N&B évidemment, alors pourquoi ça le ferait pas avec les originaux ? Alors profitez de cette révélation pour redécouvrir cette beauté perdue.

    sa fiche IMDB où il obtient 7,9 ce qui est excellent, peu de film atteignent ou dépassent 8.

    Non mais regardez moi ce triomphe mondial, le film français le plus récompensé du XXIe siècle, sinon qui dit mieux ? ( j'ai pas dit le meilleur hein)

    Impressionnante liste des récompenses

    text alternatif



  • On nous l'a prêté en Blu-ray on va pouvoir le voir dans de bonnes conditions, alors prochainement un retour de ma part quand on trouvera le temps et la motivation pour le regarder !



  • J'ai hâte d'avoir vos avis 👍



  • @Hornet a dit dans The Artist :

    On nous l'a prêté en Blu-ray

    La vache ça fait déjà si longtemps, on l'a toujours pas regardé 😌



  • @Hornet J'ai commencé à la regarder avec mon ex un soir, il y a plusieurs années. On discutait d'un truc en même temps et finalement on s'est pris le chou, du coup on a pas regardé la fin...



  • @djino a dit dans The Artist :

    @Hornet J'ai commencé à la regarder avec mon ex un soir, il y a plusieurs années. On discutait d'un truc en même temps et finalement on s'est pris le chou, du coup on a pas regardé la fin...

    C'est le chien qui gagne, à la fin



  • Je ne suis pas tenté.
    Le Cinéma parlant s'est généralisé à partir de 1930.
    Charlie Chaplin a retardé son entrée dans le Cinéma parlant. "Les temps modernes" de 1936 est pour beaucoup muet.
    Les soviétiques aussi ont continué à tourner du muet (ou pour ainsi dire) pendant quelques années dans les années 30.
    "Alexandre Nevski" - Eisenstein - 1940 - Minimum de paroles.
    Russes contre chevaliers teutoniques.



  • M'enfin posez vous des questions:

    regardez ça: https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_distinctions_de_The_Artist

    y'a t il un admin pour corriger mon premier message, y'a une erreur: c'est pas hommage à john Gilbert mais Douglas Fairbanks, désolé



  • @Delnis désolée c'est pas un admin, mais une modo. Cependant c'est fait 😌



  • @Chibi La différence entre un admin et un modo, c'est qu'après l'intervention du modo la vignette est cassée. 😄

    (Je ris jaune, on sait toujours pas réparer ce bug 😭)

    Edit : j'ai réparé la vignette 😌



  • Vous êtes les meilleures ! Merci, ce film que j'adore me tient tellement à ♥
    Delnis ça ferait plus beau qu'un ancien utilisateur





  • 👏 😍 😘 💓 💝



  • Vu.

    La 1ère surprise c'est le format 1,37:1. Au moment de mettre le film, je m'attends à voir un muet en noir et blanc, et bien que ce soit inhabituel l'adaptation est très facile, alors que le format c'était la surprise pour moi, et finalement l'adaptation est tout aussi facile.

    Ça c'est pour le commentaire technique, rien à dire la réal est au top, c'est beau c'est bien filmé, tant Bejo que Dujardin sont excellents et prennent du plaisir à évoluer dans cet univers anachronique et en donnent tout autant au spectateur, sans parler du chien génial, on ne peut que sourire plus d'une fois. C'est un film qui a un grand pouvoir de bonne humeur.

    Le scenario est le point faible, trop léger et copié d'Une étoile est née (on a vu A Star Is Born de Cooper et Gaga dernièrement et j'ai eu l'impression de voir le même film en muet et noir et blanc), je ne suis pas ému de ce qu'il advient des persos, ni au cours ni à la fin.



  • Oui c'est un mélodrame qui est en fait la 5e version de "A Star is born", mais surtout le film est une mine de références au cinéma muet et à l'arrivée du parlant qui fut un drame pour les comédiennes et comédiens. Hommage à Fairbanks, à "l'Aurore" et "City Girl" de Murnau, George Valentin c'est bien sur un clin d'oeil à Rudolf Valentino, ... donc forcément tout ça passe inaperçu pour qui n'est pas familier du muet.
    Que dis tu de la musique ? ♥

    Cette scène est un Hommage à "7th heaven" de Borzage avec Janet Gaynor et Charles Farrell

    text alternatif

    text alternatif



Nous contacter
Administrateurs : Hornet | Shanna
La Team : Chibi (Référente Modération) | Egon | Godzapon (Référent Technique) | Jool | Mai Tai