Rhumatisme Inflammatoire Chronique (RIC)



  • arthrite1(1).jpg

    Ce terme regroupe des maladies très diverses ayant pour caractère commun une inflammation chronique des articulations entraînant leur altération progressive et irréversible; parmi celles-ci on peut citer la polyarthrite rhumatoïde, le lupus, les spondylarthropathies ou la maladie de Still. En Europe, 3 millions d'adultes et 50 000 enfants seraient atteints de rhumatisme inflammatoire chronique.
    Beaucoup de ces maladies présentent un caractère auto-immun, c'est-à-dire une réaction exagérée du système immunitaire du patient contre ses propres constituants ; on retrouve très souvent des auto-anticorps dans le sang des patients, bien que ceux-ci ne soient pas toujours à l'origine du déclenchement de la maladie.
    Ces maladies sont chroniques, c'est-à-dire qu'elles évoluent dans le temps. Si aujourd'hui on les traite de mieux en mieux, évitant ainsi le handicap à moyen ou long terme, on ne sait pas encore les guérir.

    La prise en charge précoce est essentielle. Elle repose sur les traitements de fond dont l'action est retardée de quelques semaines. Le traitement de fond a pour objectif de freiner, voire d'arrêter l'évolution de la maladie, en diminuant le nombre d'articulations douloureuses et gonflées mais surtout en arrêtant ou prévenant les destructions du cartilage et de l'os qui peuvent être responsables d'un handicap ultérieur. Le Méthotrexate est habituellement prescrit, mais d'autres traitements peuvent être proposés (Salazopyrine®, Arava®). De très nombreux travaux ont montré que l'initiation d'un traitement de fond de façon précoce était beaucoup plus efficace pour retarder l'apparition de dégâts radiographiques que si l'on tardait à débuter un tel traitement.
    Les traitements de fond doivent être poursuivis, même si la maladie est en rémission, car leur arrêt expose, en règle générale, à une rechute. Si l'instauration d'un traitement de fond précoce est primordiale, le traitement des symptômes n'en est pas moins important. Il repose sur les antalgiques pour calmer la douleur et sur les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) ou stéroïdiens (cortisone). La persistance d'une articulation ou de quelques articulations gonflées pourra amener à la réalisation d'infiltrations de corticoïde.

    Après l'institution du traitement de fond et du traitement symptomatique, un suivi rigoureux est essentiel. En effet, il a été montré que l'obtention d'une faible activité de la polyarthrite rhumatoïde permettait une moindre progression des destructions articulaires. Ceci peut être obtenu en associant plusieurs traitements de fond ou en ayant recours aux biothérapies. Le traitement de fond peut améliorer les symptômes articulaires mais parfois, il n'empêche pas les destructions radiologiques. C'est pour cette raison que le rhumatologue réalisera de façon régulière un bilan radiographique. Celui-ci sera effectué deux fois par an la première année, puis tous les ans jusqu'à trois ans, puis de façon plus espacée. En effet, c'est au début de l'évolution de votre maladie que peuvent apparaître les anomalies radiographiques qu'il faut absolument essayer de stopper.

    Le quotidien en image d'une personne atteinte d'un Rhumatisme Inflammatoire Chronique :

    ob_14806c_la-theorie-des-cuilleres-affiche-fr.jpg



  • @Lavinia
    En es-tu atteinte ?



  • @jool Oui.



  • @Lavinia
    Arg désolé, le quotidien ne doit pas être simple.
    C'est évolutif ? Tu en es à un stade pas trop avancé j'espère !



  • @jool Mon état est stabilisé grâce à mes deux traitements de fond. Mais il m'arrive encore d'avoir des poussés inflammatoires qui m'obligent à arrêter toute activité.



  • @Lavinia
    Courage alors 😘



  • Merci, c'est très gentil, et puis on finit toujours par arriver à vivre avec cette maladie, à partir du moment où on l'accepte 😉



  • @Lavinia
    Voilà c'est la bonne attitude 👍👌



  • This post is deleted!


  • @Kurapika C'est bien parce que le RIC est souvent méconnu que j'essaie d'en parler. Quand on parle de rhumatismes, les gens pensent que c'est une maladie pour les personnes âgées, ils confondent avec l'arthrose. Je ne saurais que trop conseiller à la personne qui t'est proche de consulter le plus tôt possible. Plus tôt le diagnostic est fait, mieux c'est, afin de pouvoir mettre un traitement en place pour éviter des dégâts irréversibles.
    Si tu as besoin de plus d'infos, n'hésite pas.
    Ma vie n'est plus ce qu'elle était, sur bien des points. Déjà, je ne travaille plus à plein temps. Côté loisirs, sorties, je m'adapte ou je ne fais pas, c'est comme ça. J'ai la chance d'être bien entourée, sans ça, ça serait plus difficile encore. Je vis avec cette maladie depuis 4 ans, et pour le reste de ma vie maintenant, donc il vaut mieux qu'on s'entende bien toutes les deux 😉



  • Ah intéressant de lire ce sujet. Il y a tellement de maladies... J'allais te poser une question mais en relisant j'ai ma réponse : ils n'utilisent pas d'immunosuppresseurs pour ces maladies ?

    @Lavinia a dit dans Rhumatisme Inflammatoire Chronique (RIC) :

    Merci, c'est très gentil, et puis on finit toujours par arriver à vivre avec cette maladie, à partir du moment où on l'accepte 😉

    Je ne sais pas comment tu fais. Bonne chance pour ne pas avoir d'autres poussées.



  • On ne te peux que te souhaiter bon courage @Lavinia

    En tous cas tu as l'air de bien la vivre malgré les contraintes qu'elle déclenche car on ne peut plus vivre comme avant. Ca doit etre rageant d'être limité physiquement. Déjà perso je râle à cause de ma hernie discale qui traine depuis un an et qui me limite sportivement, alors je ne m'imagine pas dans ta situation qui te limite dans tous les moments de la vie... Chapeau vraiment de le prendre comme cela. Et puis c'est bien comme tu le dis d'être bien entourée, avec des personnes qui comprennent ta situation

    Je connais cette maladie de par une connaissance qui est atteinte au point de ne plus pouvoir travailler. Elle s'occupe de ses deux enfants (le garçon a 7 ans mais a un problème de surdité, la plus grande est déjà au collège donc elle peut aider)

    Elle s'est en plus séparée de son mari il y a environ 2 ans. D'après ce qu'elle disait, de toute façons cela ne la changeait pas car il ne s'occupait guère des enfants, et quand la maladie de sa femme s'est déclarée de façon concrète il n'a pas pu gérer, en plus de celle de son fils. Il est parti avec une jeune rencontrée sur son lieu de travail en les laissant tous les trois ... sympa...



  • @Trichemire Les traitements sont effectivement immunorégulateurs ou immonusuppresseurs. Le traitement de fond donné en première intention, le méthotrexate, est, dans le cas de Rhumatisme Inflammatoire, apparenté à une micro-chimiothérapie, puisque la prise ou l'injection se fait une fois par semaine à dosage infinitésimal par rapport à celui donné pour certaines formes de cancers.
    Sinon, je fais au jour le jour... Je te remercie pour l’intérêt porté à ce sujet et pour tes encouragements :-).



  • @djino Il faut gérer deux choses dans cette maladie : La douleur et la fatigue. Je ne saurais te dire laquelle m'est la plus pénible. Les débuts n'ont pas été faciles, et puis quand tu sais que tu auras cette maladie pour le reste de ta vie, tu n'as que deux choix, soit du décides d'accepter et tu t'adaptes, soit tu refuses et ça se terminera encore plus mal. L'histoire de cette personne que tu connais est tragique et bien dégueulasse. La seule chose qui peut la faire avancer et tenir est ses enfants. J'espère qu'elle pourra s'occuper d'elle quand ils seront grands et qu'ils n'oublieront pas leur mère qui aura tout donner pour eux.
    Merci pour tes encouragements djino 🙂



  • @Lavinia a dit dans Rhumatisme Inflammatoire Chronique (RIC) :

    tu n'as que deux choix, soit du décides d'accepter et tu t'adaptes, soit tu refuses et ça se terminera encore plus mal.

    (Désolé, cela m'y a fait penser 🤣 )

    Mais tu as complètement raison, quel que soit les problèmes qu'on peut rencontrer dans la vie, c'est contre-productif de se renfermer sur soi-même. il faut toujours voir a vie du bon côté, et se dire que tout va bien se passer. Il faut toujours avancer, à son propre rythme et sourire à la vie 🙂



  • @djino bien trouvé la référence, je n'y aurais pas pensé ! 😆



  • @Lavinia a dit dans Rhumatisme Inflammatoire Chronique (RIC) :

    Le traitement de fond donné en première intention, le méthotrexate

    Associé à de la cortisone ?
    Donc en cette période de Coronavirus tu es plus à risque encore ? (immunodéprimée + cortisone qui agraverait le virus)



  • @jool non, moi je ne prends pas de cortisone mais des AINS en cas de poussée inflammatoire. Mais tu sais quoi ? mon deuxième traitement fond c'est de l'hydroxychloroquine 😉



  • @Lavinia
    Oh pourvu que le marseillais ait raison alors !
    Tu m'en enverras un peu au cas où 🥳



  • @jool Je ne pense pas que le Plaquénil seul soit efficace sans l'antibiotique associé que le Professeur Raoult préconise. C'était juste un clin d’œil pour dire que moi, le Plaquénil, j'en prends depuis 3 ans et que je le tolère très bien, ce qui n'est pas la même chose avec mon autre traitement de fond.


Log in to reply
 

Nous contacter
Administrateurs : Hornet | Shanna
La Team : Chibi (Référente Modération) | Egon | Godzapon (Référent Technique) | Jool | Mai Tai