Vivre après le Covid-19



  • voix grave Bonjour,

    On vit des jours comme on n'aurait surement pas imaginés vivre, confinés dans un contexte de pandémie importante sans savoir quand ni comment elle va s'arrêter et encore moins combien de morts elle aura faits.

    text alternatif

    cette note d'optimisme vous est présentée par PopcornFr

    Si on s'en sort, vous poserez-vous la question de changer de philosophie de vie ? (argent, famille, travail...)
    ou plus simplement faire davantage attention à ce qui se passe autour de vous, à sourire, à penser qu'en 10 jours le monde peut s'arrêter de tourner ?



  • Changer de philosophie de vie, non pas tant que cela. je fais toujours passer ma famille avant le travail ou l'argent et cela ne changera pas. Je sors et je vois des amis et cela ne changera pas après, je reprendrais comme avant. Et je suis toujours d'un naturel souriant et optimiste 🙂

    Par contre à cause de tous les abrutis qui surstockaient le PQ, les pâtes et autres, je vais peut-être revoir mon mode de consommation au cas où une crise revienne, qu'on soit confinés ou pas (en cas de guerre à l'autre bout du monde, il y en a qui vont faire pareil...)

    Je le fais déjà pour la pâtisserie (car quand on a envie de gâteau, c'est con de manquer, alors j'ai toujours un "stock de sécurité" de farine, tablettes de chocolat, oeufs et beurre), je vais peut-être mettre en place un stock de sécurité pour d'autres denrées

    Normalement quand j'achète c'est que je n'ai plus (je fais les courses quasi au jour le jour, car je cuisine beaucoup de frais)
    Mais du coup je pense mettre quand même, même si je n'aime pas stocker, un stock de sécurité de pâtes, de conserves, etc... Pas beaucoup mais 2 ou 3 unités de chaque. Je continuerais à m'approvisionner normalement, mais au lieu d'acheter comme maintenant quand l'unique paquet à la maison sera fini, j'approvisionnerai quand le premier paquet des deux ou trois que j'aurais à la maison sera fini...

    Et puis acheter un petit congélateur, pour congeler de la viande du poisson etc...

    C'est con d'en arriver là, mais comme cela au moins j'aurais toujours un stock de sécurité à la maison. Je ne veux plus être en galère parce que j'ai l'habitude de faire les courses au jour le jour et que je n'ai aucun stock chez moi

    Heureusement que cette semaine ce n'était pas ma semaine de garde de la petite sinon j'aurais été obligé de faire les courses avec elle dès vendredi alors que les magasins étaient en état de guerre...



  • Je ne pense pas changer de philosophie non plus. Je pense que je considère juste la fin de la pandémie comme un retour à la normale. J'ai surtout hâte de pouvoir sortir, voir mes amis etc... En bref, la situation confirme juste ce que je savais déjà : sortir, boire un coup avec des amis, se poser dans un parc, c'est plus ou moins ça le vrai bonheur 😁



  • Vu qu'on est juste entré dans la période de confinement et que celle-ci est amenée à durer certainement un bon mois, il est assez difficile de se projeter dans l'après.

    Il y a déjà pas mal de choses qui questionnent. Les décrets et mesures prises de ces derniers jours et qui attaquent directement les droits des individus et notamment ceux en rapport avec le code du travail, toutes les mesures que le gouvernement avait promis de mettre en place pour protéger les salariés d'un licenciement en cette période qui annonce une grande crise économique à venir, le fait de sacrifier une partie des salariés pour "maintenir" au maximum l'activité économique du pays (et donc continuer à faire du pognon quoi qu'il en coûte, parce que sinon, vous comprenez, ce sera de votre faute si le pays sombre dans une crise).
    Les annonces répétées pour réinjecter des milliards dans le budget de la fonction hospitalière et qui sont finalement abandonnées parce qu'on ne va pas donner de l'argent pour soigner les gens et éviter que le virus fasse plus de morts. Sans oublier le fait qu'on fait preuve d'hypocrisie en félicitant le courage et l'abnégation des soignants tout en ayant pas cessé de couper le budget de la fonction hospitalière depuis des années. On s'en fout que le matériel ne soit pas suffisant pour soigner la population, ce sont essentiellement les classes les moins aisées qui crèvent de toute façon ; quoi ?! comment ça il est aussi question d'inégalités sociales, de mépris de classe et de conflit entre les différentes classes sociales dans une période de pandémie ?! La solidarité n'existe pas, cela n'est pas nouveau. La solidarité est un concept inventé par les classes dominantes pour mieux opprimer les classes dominées puisque l'effort de "solidarité" se concentre sur elles, ce sont elles qui sacrifient toujours leurs droits, leurs acquis au profit des classes dominantes pour un mieux dont elle ne verront pas la couleur.

    Au-delà de considérations politiques, il faudrait aussi prendre en compte l'excès d'individualisme dont nous faisons tous preuve, cet égoïsme qui nous entraîne à faire du chacun pour soi dès que notre petit confort est remis en question au lieu de nous unir pour justement agir positivement et faire en sorte que personne ne reste sur le bas côté, que les plus précaires n'en souffrent pas.
    Et aussi le fait que notre société est ultra-libérale, elle ne tourne qu'autour du pognon, de la productivité, de la flexibilité, l'efficacité. Toujours produire plus, peu importe les conditions d'application, toujours plus engranger de fric dont les travailleurs ne verront jamais la couleur et tout ça pour quoi ? Perpétuer un système qui nous est totalement défavorable, qui nous aliène complètement et dont aucun de nous n'est satisfait au fond ? À quand, une prise de conscience ? Les morts engendrées par l'épidémie et celles qui vont suivre en conséquence de la crise économique et sociale influenceront-elles un changement sociétal profond ou, ce que je crains, seront-elles totalement vaines ?
    L'arrivisme criant de nos politiciens suffira-t-il à exacerber suffisamment les tensions sociales pour que les individus se décident à les attaquer en procès, les éloigner définitivement de toute fonction publique ? Pour qu'on se décide à laisser tomber un système qui estime plus le travail et ses bénéfices que les individus qui constituent la société ?

    La situation n'est pas nouvelle et on en revient toujours aux mêmes constats parce que rien ne change tant que l'on ne s'attaque pas profondément au confort de chacun. Et mon pessimisme me pousse à croire que même une telle situation n'arrivera pas à créer les changements nécessaires pour que notre société se dirige vers un mieux pour tous (et non pas un mieux pour une toute petite frange de la population qui vient déjà très bien au quotidien).



  • Non jamais je ne changerai de philosophie, je suis quelqu'un d'assez borné. 😀

    Je pense que l'après Covid-19 sera violent, économiquement parlant. Je suis d'accord avec Egon. Déjà dans le passé, lors de la canicule de 2003, nous avions instauré une journée de solidarité envers les personnes âgées, et même récemment il était question d'en ajouter une seconde, pardon une deuxième.

    Ce qu'il faut en déduire, c'est qu'avec le confinement il y aura forcément des répercussions économiques qui seront importantes et qui viseront essentiellement les salariés. En effet les salariés constituent une variable d'ajustement idéale.

    Il est fort probable que nous râlerions un bon coup, et c'est tout.





  • Plan de relance économique :
    USA:4.000 miliards $
    Allemagne: 800 milliards €
    France: 45 milliards 👌



  • This post is deleted!




  • @Hornet j'ai déjà tendance à vivre comme si tout pouvait s'arrêter, depuis très longtemps.

    Ça ne veut pas dire que je fais n'importe quoi ; je fais attention à ma santé, je ne fais pas la fête tous les jours, j'ai une réserve sur mon compte en banque, etc.

    Ça veut dire que j'ai déjà tendance à faire attention à mes proches, et quand je les quitte je fais comme si ça pouvait être la dernière fois.
    C'est sans drama, je ne pleure pas dès que je pars, je ne suis pas triste, mais je dis ce que j'ai à dire et surtout je ne pars quasiment jamais fâchée avec quelqu'un parce que si l'un de nous deux meurt, la dernière chose qu'on aura faite c'est de se disputer.

    Et je souris déjà énormément dans une journée 😌



  • @Chibi a dit dans Vivre après le Covid-19 :

    je ne pars quasiment jamais fâchée avec quelqu'un parce que si l'un de nous deux meurt, la dernière chose qu'on aura faite c'est de se disputer.

    Je fais ça aussi. J'avais entendu ça une fois il y a des années je ne sais plus où, et ça m'a marquée et du coup je ne pars jamais fâchée d'avec un de mes proches.


Log in to reply
 

Nous contacter
Administrateurs : Hornet | Shanna
La Team : Chibi (Référente Modération) | Egon | Godzapon (Référent Technique) | Jool | Mai Tai