[Exposé] Et s'ils étaient scientifiquement au service de la Grande Finance ?



  • Long TLDR & Introduction du sujet

    (Petite parenthèse avant même l'avant-propos ( 👏 ) : Je suis, pour ceux qui s'en souviennent, nouveau sur le forum, et je n'ai pas encore trouvé l'occasion de dire un truc intéressant sur les topics existants (en dehors du topic de ma présentation). Donc je poste ici une sorte de... exposé à titre informatif (c'ment ça pléonasme) sur un sujet que j'espère pouvoir rendre intéressant)
    (Je tiens aussi à préciser que le sujet est accessible à tous. Donc si le sujet vous intéresse, ne soyez pas repoussé en passant que je vais faire des blocs de pavé pour au final ne rien vous dire sur un sujet qui tend à ennuyer tel que l'économie (Je ne fais aucune allusion, à propos de qui que ce soit....))

    Pendant tout ce temps ?
    Après avoir fait le tour d'un certain nombre de sujets, j'ai (à peu près) saisi la tendance politique générale des membres du forum (bien que vous pouvez parfaitement ne pas être ultra-politisés). Je suis donc à peu près certain, sans vouloir être caricatural, que vous n'êtes pas étranger à quelques idées/affirmations (sans développement, donc ça peut paraître caricatural) ci-dessous :
    "Les politiciens, et ceux qui les conseillent, sont au service des riches et de la Finance. Leurs mesures enrichissent toujours les plus riches et appauvrissent toujours les plus pauvres. Au lieu de servir le peuple, ils servent une petite caste d'oligarques, sans qui d'ailleurs ils ne seraient pas au pouvoir".
    Ces gens font donc des discours, sur le thème économique, pour convaincre les gens à voter pour eux. Pour la croissance, pour l'emploi ! Ils sortent des arguments qui ont l'air de convaincre ceux qui votent LREM, LR et une partie du PS (donc un paquet de monde ('fin, avant que le PS meurt quoi). Mais ces arguments, ils viennent d'où ? Qu'est-ce qui justifie ces arguments qui ont convaincu le citoyen qui dépose LREM (triste idée) dans l'urne en pensant que ça va être bon pour l'économie française ?

    Le but de mon sujet, découpé en plusieurs parties que je posterai séparément ( avec plusieurs jours d'intervalle), c'est de vous présentez simplement (d'abord) les fondements et (ensuite) quelques approfondissements sur le courant théorique, en économie, qui est derrière les mesures (qui, même si je ne suis pas d'accord sur la terminologie, font consensus sur la qualification "néolibérale") de nos politiciens.

    L'économie, ce qui se présente comme la science économique, peut être la base intellectuelle des hommes honnêtes qui vont pourtant vous paraître comme corrompus. Ils vont prendre des décisions qu'ils peuvent être en désaccord, mais ils vous diront que "c'est la responsabilité du pouvoir", parce que "y'a pas d'alternatives", et que c'est démontré (tousse tousse) par "la science économique".

    Pour les plus politisés, je veux évidemment parler spécifiquement d'un courant économique à propos duquel vous êtes tous déjà amenés à apporter votre critique. Je veux évidemment parler de ce courant dont on ridiculise la fameuse efficience des marchés (en citant les crises du capitalisme !), de la fameuse concurrence pure et parfaite (parce que bon y'a pas énormément de concurrents aux GAFAM) ou encore de l'hyper-rationalité des agents (en le critiquant avec un point de vue moral, ou en disant que nous ne sommes pas tous des robots....)

    J'aimerais donc exposer une déconstruction qui moins connue sur ce courant. Courant que l'on nomme d'ailleurs "Néoclassique". Il y aura des points qui, si vous n'êtes pas trop intéressé de base, vous surprendront (et si vous le savez déjà bon je vais y venir....) et vous vous demanderez comment des BAC+5 font pour gober tout ça.

    Vous savez déjà ?
    Pour ceux qui auraient lu Debunking economics de Steve Keen, ou un livre général destiné grand public comme Traité d'économie hérétique de Porcher (version grand public, alternativement simplifiée et française du livre de Keen), en effet vous avez déjà une idée générale de ce dont je souhaite présenter.
    Mon sujet ici donc est pour ceux qui veulent comprendre et connaître davantage les critiques que l'on peut apporter au courant néoclassique, sans avoir fait d'étude en économie. Savoir ce qui est derrière les mesures politiques qui nous semblent absurdes.

    Le sujet ici peut permettre également la discussion et le débat.
    Pour ceux qui ne sont pas experts, vous verrez que même sans faire des études en économie, vous pouvez avoir quelques réflexes de pensée économique qui sont néoclassiques tout en critiquant le capitalisme, le marché et la société de consommation ! Même pour des trucs qui vous semblent évidents, et vous verrez pourquoi le courant néoclassique, si critiquable, semble pourtant si convaincant.

    Je ne vais pas tout de suite entrer dans le sujet. J'arrête ici la (longue) introduction. Si vous avez des remarques, un commentaire, n'hésitez pas. En vrai j'ignore même si j'ai le droit de juste créer un nouveau sujet et n'y poster que l'introduction haha. J'ignore même en vrai si ça va juste intéresser qui que ce soit.... Mais bon. Je vais au moins poster si jamais vous n'avez rien à lire un soir en sombrant dans l'ennui.

    Sommaire (susceptible aux changements)

    1. Augmenter le SMIC ? Mais quelle idiotie que cela !
    2. Le marché est un homme qui pédale un vélo.
    3. La monnaie est rouge comme le vin (quelqu'un a la référence ?).

    (C'est assez court vous voyez...)
    (Après relecture : mince j'ai pas pensé à inclure Cé kwa néoklassik ??, mais soyez sans crainte on y reviendra)



  • Ewin, sors de ce corps...
    plus serieusement, si j'apprends sans que ca fasse mal à la tete, je suis preneur



  • J'essaie de rendre mon exposé le plus clair, compréhensible et présentable que possible. 😊
    Ne serait-ce que l'introduction j'espère ne pas avoir été trop barbant à lire. Mais bon je me dis que je suis jeune donc j'ai quand même une certaine dynamique comme notre président

    (Et on avait dit pas d'allusion 😞 )



  • @Flandre si tu vulgarises l'économie je suis preneuse, par contre, si tes posts sur le sujet pouvaient être regroupés, je serais preneuse aussi, histoire de ne pas me perdre en chemin 😁



  • @Flandre tu arrives au mauvais moment pour les allusions. Pas de chance.
    J'ai bien aimé ton explication, elle semble claire et pas trop longue. J'ai pas trop d'opinions pour le moment parce que je n'ai pas de grandes connaissances sur le sujet. J'attends la suite ☺



  • Ton poste est clair et j'attends de lire ce que tu as à dire (par contre l'abus de parenthèses et mauvais pour la lisibilité 😛 )



  • Ils le sont, aux bottes du Grand Capital.
    Je ne suis pas spécialement "communiste". J'ai même été dans ma jeunesse à une mini-manif quand Marchais est venu à Brest (1979). Mais je suis contre le Capitalisme qui ne connait pas de limites.



  • This post is deleted!


  • (Merci pour vos gentils retours ! 😊
    Et je voudrais juste dire pourquoi je vais faire cela en 3 parties : Je souhaite ne pas décourager en faisant un gros bloc qui prend 20 minutes à lire. Et je fais en sorte à ce que en scrollant vite vous retrouvez facilement les parties.)

    1ERE PARTIE (1/3)

    Comme vous le savez certainement, nos politiciens sont conseillés. Ils s'entourent bien des gens qui leur conseillent comment mieux servir la Grande Finance, comment mieux faire les corvées, les p... et le café. Le politicien ne fait pas de l'économie (il n'y connait rien la plupart du temps), donc il s'entoure d'économistes.

    Par économistes, j'entends également ceux qui sont dans les think tanks ou collectifs d'économistes ; vous en connaissez sûrement quelques-uns : Institut Montaigne, iFRAP, les économistes atterrés (pour citer un truc très à gauche en dernier).

    Pourquoi je vous dis cela ? Eh bien, la plupart de ceux qui conseillent nos politiciens ont quelque chose en commun. : ils ont fait des études en économie, et... ils ont étudié la même chose.
    Je ne vous prends pas pour des idiots, vous avez bien compris : ils étudient le courant néoclassique, et en France particulièrement l'interprétation "de gauche" de ce courant (vous comprendrez pourquoi le PS n'avait socialiste que de nom).

    Néoclassique, c'est quoi ?
    Je ne vais pas faire Wikipédia ici. En bref, il s'agit d'un ensemble de théories qui forme un courant dominant en économie. On appelle ça l'orthodoxie, le courant orthodoxe, ou l'économie standard (donc voilà utilisez ces termes si vous voulez paraître en expert.)
    Et je suis ici pour vous dire pourquoi ce courant séduit autant de gens, tout en étant très critiqué.

    Nous sommes tous néoclassiques ?
    Nous sommes au lycée. L'élève qui arrive en seconde découvre son nouveau cours de SES. Très intéressé, il apprend vite ce que veut dire une marchandise, la production, ce qu'est un ménage, et... ce qu'est une demande. Il pense donc pouvoir comprendre le journal de 20H lorsque ça va parler de crise économique et du pouvoir d'achat.
    Le professeur projette ensuite au tableau un petit graphique, tout simple. "C'est la base", comme dirait un philosophe Orelsan. Il commence gentiment par la loi de la demande. L'explication du professeur est claire, simple, et l'élève peut confirmer que c'est "vraie", parce que ça lui parle cette loi de l'économie, telle une loi de la nature, une loi physique.

    La loi de la demande
    "Si vous avez 10€ à dépenser (entièrement), vous voulez une glace, et que la glace coûte 10€, vous en achetez 1," dit le professeur. "Si maintenant la glace coûte 5€, vous en achetez 2." La demande est toujours de 10 (€), mais le prix a diminué de 10 à 5, et la consommation a doublé : passant de 1 à 2.

    Explication graphique (un chouilla matheux) : "Par conséquent, en ordonné (colonne) le prix, en abscisse la quantité : la courbe de la demande est décroissante. Plus le prix est élevé, moins il y a de quantité achetée. Plus le prix est bas, plus il y a de quantité achetée."

    CQFD. Pour l'élève (et même pour nous tous), tout cela est logique. Cela n'a rien d'extraordinaire, et vous en faites l'expérience de tous les jours. Vous pouvez trouver ça immoral, parce que dans l'économie capitaliste néolibérale on fait baisser les prix pour consommer à l'infini. Voilà la critique normale de l'école néoclassique, mais je vous montrerai une autre (c'est le but de ce sujet).

    L'élève devient étudiant à l'université. Il apprend la suite de cette loi de la demande. Au lycée c'était la version petite, de taille S. Maintenant, les "experts" vont lui apprendre la taille XXL. En de termes experts, il va s'agir de la demande au niveau macroéconomique. (Macro étant l'inverse de micro (comme dans microscope par exemple)).

    Pour ceux qui ne le savent pas, pour faire simple, il n'y a pas réellement de frontière précise et nette. La microéconomie peut concerner un seul homme, ou un ménage (pourtant plusieurs hommes dedans), une entreprise (idem), tant que le tout est pris individuellement. La macroéconomie c'est un "grand" ensemble d'individus, de ménages et d'entreprises. Une vue globale de l'économie quoi.

    Et... donc ? Rien de nouveau. Il apprendra d'abord qu'une demande agrégée/globale c'est la demande de l'ensemble des gens du pays. Et au lieu du prix d'une seule glace, on va parler de "niveau des prix", c'est à dire du niveau d'un ensemble de prix de tous les produits de l'économie.
    Mais la loi reste la même. Une courbe décroissante : plus le niveau des prix est bas, plus les gens consomment. C'est logique. Il faut donc faire baisser les prix. Et comme vous n'êtes pas cons, vous pensez aux mesures de nos politiciens dans le but de faire baisser les prix (baisse des salaires, les "charges" sociales, les impôts sur les sociétés...). Et vous comprenez également pourquoi ils vénèrent la concurrence, censée faire chuter les prix !

    Crache le morceau, Flandre !
    Comme vous êtes intelligents, vous sentez que, autant la version lycée tout va bien, la version à l'université... ça sent un peu mauvais. Parce que, finalement, qu'il y a-t-il dans un prix ? Il y a le coût de production (salaires notamment) et ce qu'on appelle la marge de profit (pour le réinvestissement et les dividendes).
    Qu'est-ce que la demande ? Pour qu'il y ait de la consommation/des achats, les gens doivent avoir de l'argent. L'argent qui vient.... des salaires, des aides sociales. Or, en baissant les salaires, les "charges" sociales (qui financent les aides sociales), comment les gens pourront-ils consommer davantage comme nous le dit la théorie néoclassique ?

    La réponse est simple. Les néoclassiques ont pensé à ce problème (ils ne sont pas idiots). Et ils ont trouvé une solution simple, mais... qu'on n'apprend qu'en doctorat. Ils ont simplement fait l'hypothèse suivante : les variations de prix n'affectent pas les variations de revenu.
    En de termes simples : lorsque les prix bougent, les revenus (des gens) ne bougent pas. Et ce n'est pas une blague. Cela fait bien partie d'un ensemble d'hypothèses de base (qui sont pour bcp aussi absurdes), tout comme les axiomes en mathématiques, que l'on apprend qu'en doctorat. On apprend bien les maths, la géométrie sans apprendre les axiomes d'Euclide. On apprend bien l'addition, les multiplications sans apprendre les axiomes de Peano. On apprend bien la loi de la demande sans ses hypothèses de départ douteuses.

    Voilà. J'ignore si je l'ai bien expliqué (toute question/tout débat est bienvenu !), mais si ce n'était pas de la vulgarisation il y aurait bien d'autres à dire, ou même des précisions à apporter sur ce que je viens de dire. Comme par exemple, même au niveau individuel (donc version lycée, microéconomique), lorsque le prix d'un produit baisse, on peut consommer autant le même produit et utiliser l'argent qu'on a gagné pour consommer un autre produit.
    Par exemple, si votre consommation de X vous coûte 100€ par mois. Son prix baisse à 80. Vous avez alors 20€ par mois pour consommer autre chose, généralement plus luxueux si vous le pouvez (parce que vous n'avez pas des besoins primaires infinis).

    Il y a beaucoup à dire, mais sachez que pour que la demande agrégée/globale des néoclassiques soit vraie, il aurait fallu donc que : le revenu ne change pas avec le changement des prix ; et que le panier de consommation ne change pas avec le changement des prix. Il aurait fallu donc : une économie avec un seul consommateur, qui a un revenu qui tombe du ciel, et un seul produit (donc un seul prix).
    Pour les plus experts d'entre vous, vous savez qu'en doctorat on fait des modèles néoclassiques avec un agent producteur-consommateur modèle (qui représente tous les agents de l'économie) qui maximise son utilité 👏 (des modèles qui peuvent être repris par les institutions internationales (FMI), les think tanks etc.)

    Donc voilà, ça commence à faire long. Il reste encore des choses à dire sur cette partie, mais je sens que l'occasion se présentera de les dire en réponse à vos questions/remarques/commentaires.

    A la prochaine partie, on essayera de comprendre pourquoi, même en acceptant cette loi de la demande, les économistes néoclassiques préfèrent faire baisser les prix plutôt que d'augmenter la demande !
    Merci d'avoir lu 😊

    (J'ai essayé de ne pas abuser des parenthèses mais j'ai échoué, gomen nasai Kallindra T_T )



  • @Flandre la suite au prochain épisode. Pour le moment, je lis avec assiduité. J'ai donc pas encore de remarques.



  • @Flandre Bravo ! Très clair !



  • This post is deleted!


  • Avant de poster la suite (soit ce soir, soit demain), j'aimerais juste poster mon avis sur ce que l'on peut tirer comme conclusion après la première partie.

    Comme je l'ai écrit, la plupart des modèles économiques des institutions financières (FMI, Banque mondiale, même les modèles des banques centraux : BCE, FED...) se base sur la théorie néoclassique. Et que cette-dernière comporte, comme on a vu, un ensemble d'hypothèses totalement irréalistes pour former des théories absurdes.

    Le fait de connaître et de comprendre ce courant néoclassique vous permet à la fois de ne pas adopter des réflexes (qui semblent évidents, mais) erronés et de décrypter l'origine des discours des politiciens sur l'économie.

    Bien évidemment, je pense m'adresser à un public convaincu d'un certain nombre de choses. Mais au fur et à mesure que vous croiserez du monde, vous trouverez des gens qui défendent la mondialisation, les délocalisations, la baisse continuelle du coût du travail (au nom de la compétitivité, vous connaissez la chanson).
    Ils vous diront que la concurrence étrangère est bonne, que les délocalisations sont bonnes, car finalement tout cela permet de faire baisser les prix et donc d'augmenter la consommation. Ils vous traiteront d'inculte, ou ils diront que vous ne savez rien, car vous n'étudiez pas l'économie et les modèles néoclassiques comme eux.

    Or, on a bien vue dans la première partie des problèmes que l'on peut soulever dans de tels arguments. Si une entreprise délocalise, pour avoir de la main d'oeuvre moins chère, elle peut se permettre de baisser les prix. Or, mettant du monde au chômage, il s'agit également de moins de revenu et donc moins de consommation.

    De même, les économistes à la télé vont vous parler de l'inflation (parce que les prix qui augmentent c'est mal, vous faites le lien avec la première partie ? 😊 ), ils vont essayer de semer en vous la peur de la fameuse hyperinflation, et donc ils vont parler de la nécessité de stabiliser les prix, de ne pas que l'Etat s'endette trop ou même d'adopter les politiques monétaires dites "restrictives" (on reparlera de la monnaie).

    Donc voilà. Et ce n'est pas fini. On a encore à traiter de l'autre partie du fameux "équilibre" des néoclassiques, à savoir l'offre.
    Je devrais faire un point sur aussi pourquoi les Macron, Fillon et autres n'aiment pas l'intervention étatique. En somme, que dit la théorie néoclassique sur l'intervention de l'Etat, et évidemment montrer ses points absurdes.
    Il y aura également une partie sur la monnaie. Et, vous verrez, la monnaie n'existe pas dans la théorie néoclassique (alors que nous vivons tout de même dans un monde avec... de la monnaie).

    Si vous n'êtes pas surpris, tant mieux, vous avez un fort esprit. Mais, pour ma part, après avoir étudié les théories économiques hétérodoxes (l'inverse de l'orthodoxe, comme je l'ai mentionné), et donc leurs critiques de l'école néoclassique, je me demande toujours comment des gens qui font 7 ans d'études font pour gober ça en doctorat !



  • Il me semble que la moindre critique l'insupporte.....



  • @Myra-flore qui ?



  • C'était Erwin et tu voulais écrire là ? https://www.popcornfr.com/post/77495


Log in to reply
 

Nous contacter
Administrateurs : Hornet | Shanna
La Team : Chibi (Référente Modération) | Egon | Godzapon (Référent Technique) | Jool | Mai Tai