Orgueil et Préjugés (Pride and Prejudice)



  • ORGUEIL ET PREJUGES
    Jane Austen

    Élisabeth Bennet a quatre sœurs et une mère qui ne songe qu'à les marier. Quand parvient la nouvelle de l'installation à Netherfield, le domaine voisin, de Mr Bingley, célibataire et beau parti, toutes les dames des alentours sont en émoi, d'autant plus qu'il est accompagné de son ami Mr Darcy, un jeune et riche aristocrate. Les préparatifs du prochain bal occupent tous les esprits...

    ** ÉDITIONS : Folio Classique
    ** NOMBRE DE PAGES : 467
    **FORMAT : Poche



  • Je l'ai eu par hasard dans une opé FNAC "acheter 2 livres on vous en offre un 3eme". J'avoue que je n'avais jamais pensé à le lire, ayant pourtant bien aimé le film. C'est une édition chez Folio Classique avec une traduction de Gallimard de 2007.

    Alors je le trouve bien. C'est un bon roman à l'eau de rose de fin 19°. Il y-a comme dans tout roman de cette période, une critique de la société britannique mais c'est avant tout une romance n'en déplaise au commentaire ci-dessus. C'est l'histoire d'amour d'une cadette avec un homme qui est largement au dessus de sa condition. En gros le 50 nuances de Grey de l'époque mais en 1 000 fois mieux écrit et tourné.

    Commençons par la famille Bennet : Ils sont infâmes. Entre le père qui est laxiste, la mère qui est hystérique, Jane qui est la naïveté incarnée, Elizabeth, l'orgueil, Lydia la frivolité, Mary la bêtise et Kitty l'absence de personnalité. Honnêtement c'est juste improbable... Alors du coup avec cette famille de cinglés, c'est normale que Jane et Lizzy sortent du lot.franchement quand tu vois la famille, normal que Darcy il y aille à reculons... Faut se les farcir. D'ailleurs j'avais trouvé cet aspect bien rendu dans le film sauf pour le père qui avait plus de bienveillance dans le film.

    Ensuite Darcy et sa famille. Étrangement sa sœur est parfaite. Oui elle est gentille, timide et connait tous les arts. Elle adore d'ailleurs Lizzy. Darcy lui-même est le stéréotype de l'homme ténébreux (ça ne me dérange c'est mon genre d'homme), il n'a pour défaut que son orgueil et encore dans la société du 19° il serait plutôt vu en protecteur des intérêt de sa maison, de sa famille et de sa fortune, principe qu'il applique à ses amis en éloignant Bingley de Jane pensant que ce serait une grave mésalliance. Les seuls défauts familiaux de Darcy sont les de Bourgh. Lady Catherine est montrée imbuvable, l'équivalent d'une Mrs Bennet mais qu'on pardonne au vu de son rang et de sa fortune et sa fille frappée de maladie, franchement c'est le personnage le plus à plaindre.

    Ensuite les Bingley. Ils sont assez fidèle au film et au final, la romance Jane-Bingley est la plus mignonette. On a envie que ça se finisse bien pour eux mais j'avoue que je suis assez d'accord avec l'analyse de Mr Bennet en disant qu'ils sont tellement gentils, innocents et naïfs qu'ils seront manipulés et volés par leurs gens. Aucun des 2 n'a les pieds sur terre et avec leur rang social, dans cette société, c'est en effet à attirer les pique assiettes.

    J'approuve tout à fait la démarche de Collins épousant Charlotte. C'est d'ailleurs montré plus crûment dans le roman et dans le roman Lizzy en veut à jamais à Charlotte alors que dans le film elle pardonne. Ce qui je trouve est plus logique dans le film que dans le livre. En effet, dans la société britannique de cette époque, Collins, qui souhaite épouser une Bennet pour que cela reste dans la famille fait preuve d'une bonne idée. Il est repoussé par 2 fois (d'abord par Jane qu'on espère bientôt fiancée alors qu'elle ne l'est pas vous noterez) et ensuite Lizzy. Dans la vraie vie, Jane aurait épousé Collins parce que c'était l'action censée et pragmatique. Alors moi je comprends parfaitement et j'approuve que ce pauvre homme, tout servile et risible qui soit aille chercher son bonheur ailleurs et je trouve à la différence de Lizzy que Charlotte et Collins ne sont pas mal assortis, au contraire.

    L'histoire de Lydia-Wickham est la même que dans le film donc rien à redire. C'est le stéréotype de la fille écervelée et du joueur invétéré. Ils sont aussi méprisables l'un que l'autre et franchement ils ne méritent pas ce qui leur arrive. Par contre à la fin quand Jane Austen écrit qu'ils les aident régulièrement avec de petites sommes ou de l'avancement ou autre, ça me fait rire. Alors certes c'est de la famille mais enfin, c'est typiquement le genre de personne que tu renies. Après le roman est monté pour montrer qu'il faudrait tout pardonner à sa famille : les embarras, la mauvaise éducation, le manque de savoir vivre, l'absence d'intelligence etc... Les Bennets ont tellement de défauts que ça en est déplorables. Alors je sais que c'est de la caricature mais pffiou... Franchement une famille pareille, j'aurais été Lizzy ou Jane j'aurais rompu toutes relations dès que j'aurais été mariée... Il n'y-a que les Gardiner de valable dans leurs relations.

    Alors on pourrait croire avec ma vision négative des personnages que je n'ai pas aimé ce qui est faux. J'ai beaucoup apprécié la peinture de la société brit de l'ère victorienne. Je me suis laissée portée par la romance de Lizzy et Darcy de même que celle de Jane et Bingley. Mon petit cœur trouve ça super mignon. Oui j'adore les romances. J'ai apprécié le cadre du roman, les valeurs que portent certains personnages, les petits voyages dans les différents lieus et échelles sociales. Même si la plupart des personnages me sont insupportables, j'ai apprécié la manière dont ils sont dépeints et c'est pour cela que je les déteste pour la pluplart, leurs traits de caractères ont suffisamment été bien rendus pour qu'on puisse les aimer ou les détester, ce qui, dans une romance et ce qu'on attend.



  • @Kallindra a dit dans Orgueil et Préjugés, Jane Austen :

    C'est un bon roman à l'eau de rose de fin 19°

    Mes yeux pleurent très beaucoup quand je lis ça.



  • @Egon a dit dans Orgueil et Préjugés, Jane Austen :

    @Kallindra a dit dans Orgueil et Préjugés, Jane Austen :

    C'est un bon roman à l'eau de rose de fin 19°

    Mes yeux pleurent très beaucoup quand je lis ça.

    lui donne un paquet de kleenex

    En même temps c'est pas faux ce que je dis ^^



  • @Kallindra Oui si on omet le fait que c'est un avant tout un roman qui dépeint et critique la société qu'a connu et à laquelle appartenait l'auteur, le mépris de classe, la condition des femmes (et encore là on parle uniquement des femmes de la haute bourgeoisie et de l'aristocratie), entre autre.



  • @Kallindra a dit dans Orgueil et Préjugés, Jane Austen :

    Alors je le trouve bien. C'est un bon roman à l'eau de rose de fin 19°. Il y-a comme dans tout roman de cette période, une critique de la société britannique

    Je m'auto-cite.
    je n'ai pas nié le côté critique de la haute société brit ^^ Mais ça reste de base un roman sentimental qui sert de cadre à une remise en question de la société britannique.



  • @Kallindra Bah tu emploies l'expression "à l'eau de rose" alors que clairement une des principales qualités de ce roman c'est d'être satirique. La mièvrerie y a difficilement place ou elle est à prendre au millième degré.



  • @Egon tu ne dois pas avoir lu beaucoup de roman à l'eau de rose pour penser que c'est forcément mièvre...



  • @Kallindra Et toi ne pas connaître le sens des expressions que tu emploies. °_°



  • J'avais bien aimé ce livre, mais je ne m'en souviens plus trop. Il faudrait que je le relise un de ces quatre. Sinon de Jane Austen, j'avais beaucoup aimé Emma.

    Je n'ai pas vu le film par contre.



  • @Egon oui la partie sentimentale est mièvre et quelque soit les personnages, tout caricaturaux qu'ils soient, ils ne pensent qu'à une chose : l'amour et le mariage et chacun des "couples" mis en scène vit une histoire d'amour selon des modèles basiques et classiques : les naïfs, les fiers, les vénaux, les mals-assortis...



  • @Kallindra en général lorsqu'on parle de roman à l'eau de rose c'est pour définir des romans style Harlequin ou Barbara Cartland. Il n'y a que de l'amour et de la niaiserie à chaque page. Et rien d'autre. C'est juste cucul la praline.
    C'est loin d'être le cas de ce roman, même si l'histoire des deux héros est bien sûr un peu évidente (on se déteste, on s'aime).
    Et l'histoire de la jeune sœur, c'est un peu l'anti eau de rose 😆



  • Sinon il a aussi la mini série en 4 épisodes avec Colin Firth et Jenifer Ehle qui est beaucoup plus proche du roman que le film.



  • @Steliane en plus Colin y est particulièrement charmant !







  • C'est marrant parce que Helen Fielding a dit publiquement s'être insipré de Jane Austen ("Orgueil et Préjugés", "Persuasion") pour créer ses deux premiers roman de Bridget Jones ("Le journal de Bridget Jones et "L'âge de Raison") en reprenant d'ailleurs le même nom de famille pour le principal personnage masculin

    Et dans les films, c'est Colin Firth qui joue à la fois le rôle de Fitzwilliam Darcy (Orgueil et Préjugés) et Mark Darcy (Bridget), qui ont d'ailleurs les mêmes traits de caractères

    Fielding en blague d'ailleurs dans un de ses romans, puisque Bridget fait une fixation sur l'acteur Colin Firth ...


Log in to reply
 

Nous contacter
Administrateurs : Hornet | Shanna
Modérateurs : Chibi