La Forme de l'eau (The Shape of Water)



  • 2abec946-fc82-46e2-b87b-97c48b0bd5a3-image.png

    La Forme de l'eau est un film fantastique de Guillermo del Toro (Hellboy, Le Labyrinthe de Pan) sorti en 2018.

    Elisa, employée de ménage muette d'un laboratoire gouvernemental, y découvre une créature humanoïde détenue secrètement. Fascinée par la créature (un amphibien), elle décide de la faire évader.

    La BA :

    Ce film est trop manichéen, avec un méchant vraiment très méchant et des gentils vraiment très gentils.

    Le méchant cumule toutes les tares : prétentieux, oppressant, raciste, tortionnaire… on se demande ce que peuvent bien lui trouver sa femme et ses enfants idiots. C’est juste un méchaaaant gneuuu, introduit comme un méchant, qui ne semble jamais se poser de question sur sa condition de méchant, et finit comme tous les méchants.
    Si j’étais acteur, ça me serait très pénible d'interpréter un personnage aussi grossier.

    Les gentils sont gentils au point que la créature bouffant un de leurs chats ne leur inspire aucune colère ni aucun dégoût. Oh c’est normal c’est pas une créature humaine faut la comprendre, il connait pas les codes, tiens coucou toi (autre chat), t’as eu de la chance c’était pas toi. Je vous jure c’est presque un vrai dialogue mot pour mot. Pire, l’héroïne tombe enfin sous le charme (pour ne pas être plus explicite) de la créature alors qu’il bave encore le sang tout chaud du chat. Et ce n’est qu’un exemple.

    Y a de très jolis moments, (tout le début dans la pièce inondée, la fin) d’autres qui semblent tout droit venus de Plan 9 from Outer Space, c’est inégal.
    Le film dure 2 heures, je crois en avoir apprécié vraiment le dernier quart quand il ose enfin sortir des sentiers battus

    Je sais pas à quel point c’est parce que je m’y attendais mais j’ai retrouvé beaucoup de similitudes avec Le Labyrinthe de Pan, dans le propos (l’innocence des héroïnes face au monstrueux incarné par l’humain plus inhumain que l’inhumain lui-même) comme dans des moments isolés (la créature bouffant la tête du chat comme l’homme pâle bouffant les fées) ou un crade esthétique qui revient souvent dans les deux films et semble être la signature de Del Toro.

    La musique ❤ (tout est dit en un émoji)

    J’ai aimé le voir, je crois qu’il faut le voir une fois, mais je ne pense pas le revoir.

    Avez-vous vu le film ?
    Si oui, êtes-vous plutôt d'accord ou non avec mon retour ?



  • @Aiko Lapin vu, mais il est sur ma towatchlist !

    Je connais assez peu la filmographie de Del Toro. Je n'ai vu que Le Labyrinthe de Pan et Pacific Rim, qui m'ont tout les deux bien plus dans leurs styles respectifs.



  • J'ai beaucoup aimé ce film, et le coté manichéen ne m'a pas choquée parce que je m'y attendais car c'est le style de Del Toro. Ces films sont comme des contes, des contes beaux et horrifiants a la fois. J'ai trouvé beaucoup de poésie dans ce film, et je me suis attachée aux personnages.



  • Je ne l'ai pas vu et cela me tente beaucoup .



  • @Thilou excellente idée ! En ce qui me concerne, le film a été très efficace sur moi ! Il est beau, très esthétique et j'ai été emmenée de bout en bout.



  • Ce film ne m'attire pas, j'ai tellement l'impression que c'est mièvre... Ca me rebute.
    Mais quand je vous lis, je me dis que je devrais peut-être lui donner sa chance !

    Et puis j'adore Le labyrinthe de Pan et l'échine du Diable ❤



  • @Mai-Tai Même quand tu me lis moi ?



  • @Aiko Toi je te lis pas !



  • @Aiko Nan sérieusement le début de ta critique confirmait mon impression, mais tu atténues beaucoup à la fin !!!
    Donc ça + les critiques positives qui ont suivi, je me dis qu'il faudrait peut-être que je me booste.



  • Je l'ai vu, j'ai trouvé ça ennuyeux, je ne m'infligerai jamais un second visionnage.
    L'esthétique est intéressante (comme dans tous les films de ce réal), mais elle n'est pas spécialement jolie/bizarre comme Pan ou époustouflante/spectaculaire comme Pacific Rim. Là on a quelques images gracieuses (les toutes premières, déjà signalées par @Hornet), mais c'est très furtif, et une petite ambiance Amélie Poulain dans les fringues ou la ville, mais globalement c'est assez laid.

    Donc je n'ai pas trouvé ça satisfaisant visuellement, et en plus, l'histoire ne m'a pas du tout intéressée. Le côté cliché-manichéen du film dont parle @Hornet m'a aussi dérangée, ya vraiment aucune scène surprenante 😩 . (Je rajoute un stéréotype à la liste : la femme de ménage noire, pauvre, grosse, maltraitée, qui est évidemment bonne comme le pain, altruiste et courageuse.)

    Un autre aspect du film m'a déplu :

    La fin est pas mal, c'est vrai, mais ça n'a pas sauvé le film pour moi.

    @Mai-Tai a dit dans La Forme de l'eau (The Shape of Water) :

    Ce film ne m'attire pas, j'ai tellement l'impression que c'est mièvre... Ca me rebute.
    Mais quand je vous lis, je me dis que je devrais peut-être lui donner sa chance !

    Nan mais c'est pas que c'est mièvre, c'est que c'est mièvre puissance un million, donc effectivement faut s'accrocher un peu.

    De manière générale, je trouve qu'avec une telle idée de départ le film aurait pu être bien meilleur.
    Concrètement avant de voir le film je me demandais par quel habile procédé cinématographique ils allaient nous faire avaler qu'une meuf tombe amoureuse d'une bête à écailles, c'était ça qui me rendait curieuse. Je m'attendais à un film où le spectateur tombe lui aussi amoureux de la créature, à un long exposé sensible sur la beauté intérieure, à des scènes de découvertes tendres et poétiques... Eh bin je me suis bien plantée, en vrai : la meuf voit le mérou, il est hideux, mais comme ils mangent des oeufs durs ensemble bah pouf c'est le coup de foudre. 🙄



  • @Shanna
    Ah bin merci pour l'info je vais éviter de perdre mon temps 🤔



Nous contacter
Administrateurs : Hornet | Shanna
Modérateurs : Chibi