La Ligne rouge (The Thin Red Line, 1998)



  • - THE THIN RED LINE -
    @Cinéphile
    text alternatif

    1999 - Terrence Malick - USA - 2h50

    Une Distribution fabuleuse !
    Jim Caviezel: le soldat Witt
    Sean Penn: le sergent-chef Welsh
    John Cusack: le cpt John Gaff
    Elias Koteas: le cpt Staros
    Adrien Brody: le caporal Fife
    Ben Chaplin: le soldat Bell
    John Travolta: le Gal Quintard
    Nick Nolte: le Lt-colonel Tall
    George Clooney: le cpt Charles Bosche

    Résumé:
    Février 1942, 2 mois après Pearl Harbor, la guerre du pacifique commence et la clé stratégique semble être l'ile de Guadalcanal, tenue par les japonais, terrés au sommet d'une colline, l'attaque confiée à la Compagnie Charlie s'annonce difficile et meurtrière, mais elle est indispensable pour l'état major. Le soldat Witt participe malgré lui à cet assaut et représente une espèce d'observateur déterminé à comprendre la guerre, ses réflexions, ses états d'âmes sont au cœur de cette folie.


    text alternatif
    the thin red line originelle (bataille de Bataclava)

    "The thin red line" est le titre d'un roman écrit par James Jones, ancien soldat devenu écrivain dont un roman avait déjà été porté à l'écran dans le fameux "from here to eternity" (Tant qu'il y aura des hommes). C'est doublement intéressant car un ancien militaire sait de quoi il parle, d'où un réalisme puissant, et puis on a forcément une vue de la guerre de l'intérieur, celle des hommes qui souffrent. C'est cette vision qui a animé Terrence Malick, d'où l'omniprésence des voix-off, échos des pensées des soldats.

    Signalons la proximité entre les héros des 2 livres, nommés Prewitt et Witt, tous 2 décalés et surtout rebelles à l'autorité absurde. Quant au film, T.M. n'a plus tourné pendant 20 ans, aussi il a eut le temps d'y réfléchir à ce film sur la guerre. 👁

    text alternatif

    La première partie se consacre à l'intimité des soldats, et elle se résume en un mot, la Peur, sous toutes ses formes, exprimée de milles façons différentes mais dénominateur commun de ces hommes, déguisés en soldats et envoyés au bout du monde pour tuer et mourir. Car ce qui intéresse Malick, c'est surtout l'homme, partie intégrante de la nature, mais en décalage total de sa place originelle, vaguement illustrée par les indigènes, eux par contre en parfaite harmonie.

    text alternatif

    La distribution est impressionnante, mais le plus surprenant c'est de voir des vedettes dans des seconds rôles, voire même des rôles minuscules, comme Travolta ou Clooney, certes officiers supérieurs, mais sans importance dans le film. Malick s'intéresse aux sans grade, joués par des acteurs pas ou peu connus, c'est trop évident pour ne pas être délibéré, car ce sont eux qui la font la guerre, ... pour les autres !

    text alternatiftext alternatif

    Après une longue introduction, la partie centrale sera consacrée aux combats, réalisée caméra au poing et à hauteur d'homme, c'est à dire dans les hautes herbes, on a réellement l'impression de débarquer avec eux. Mais même si les phases de pures actions sont parfaites, elles ne sont que décoratives, car Malick se préoccupe des problèmes humains, des subtilités du commandement, de l'obéissance aux ordres, et bien sûr de la peur, panique parfois, les regards en disant plus que de longs discours.

    Malick c'est surtout la poésie, on s'évade sans cesse dans les rêveries des uns des autres, souvenir d'une femme, d'enfants et de moments de bonheurs simples. Il contrastera les pires horreurs, avec de fréquentes images d'une nature sublime, c'est quand même un coin paradisiaque.

    La faune sert de spectatrice stupéfaite du pitoyable spectacle de la guerre des hommes, un genre de zoo inversé,...

    L'apothéose des combats est époustouflante de réalisme et de sauvagerie, les hommes devenant irrémédiablement des bêtes sauvages, au coeur mort, sans espoir de guérison. L'ennemi est lui aussi traité, il n'a rien de monstrueux, de pauvres hommes, eux aussi déguisés en soldats et malheureux. Le plus bouleversant étant les nombreuses scènes d'agonies, une partie centrale du film vraiment dérangeante.Comme le dit le soldat Witt "un autre monde existe" et il se dit souvent "que nous est il arrivé ?" implacable réquisitoire d'une humanité barbare qu'il cherchera à fuir, par tous les moyens.

    Un film qui émeut bien plus qu'il ne distrait, c'est évidemment le but de T.M.

    Masterpiece ! 10/10 ⭐ ⭐ ⭐ ⭐ ⭐

    Ce film est un film de guerre mais c'est surtout le plus beau film anti guerre que j'ai jamais vu , indispensable !



  • @Delnis Jolie phrase de conclusion.
    J'ai du le voir y a une paire d'années. Souvenir diffus, mais le théâtre est marquant et effectivement pas de vainqueur dans la guerre, l'atrocité épouse le paradis. Casting de taré, tension maximale avec l'apparition très progressive des japonais. L'un de mes films favoris sur le sujet ça doit être Stalingrad avec Ed harris et sur Vassily le sniper russe.



  • @Koursk

    C'est avec "The tree of life" les 2 chef d'oeuvre de T.M. qui ne s’intéresse qu'à la spiritualité, ce ne sont pas des films évidents ou on reste en dehors et on dit bof et on rejete, ou on comprend le message et alors on mesure le génie du bonhomme.



  • @Delnis arrrrh, Three of Life 🤢 Oui, désolée, je fais partie des gens n'ayant pas du tout aimé...

    Par contre, celui-ci, et surtout ta conclusion, ça donne envie ! J'aime bien Jim Caviezel, Sean Penn, Jhon Cusack et Adrien Brody, Travolta et Clooney parfois. Et le film a de grandes chances de me plaire d'avantage que ToL !
    Je note ce film dans mes "à voir".



Nous contacter
Administrateurs : Hornet | Shanna
La Team : Chibi (Référente Modération) | Egon | Godzapon (Référent Technique) | Jool | Mai Tai