Communication non violente



  • Il me semble que la culture télévisuelle et cinématographique a tendance à valoriser à l'excès un mode de communication "cash", basé sur des formules "bien envoyées", mais qui se soucie peu de la sensibilité et du vécu de l'autre...
    La communication non violente (CNV) recouvre un ensemble de techniques et d'outils, le but n'est pas forcément d'entrer dans tous ses détails, mais plutôt d'essayer de redonner la priorité à la bienveillance et l'empathie dans les échanges.
    Je ne prétends pas que ce soit facile, avec les meilleures intentions du monde notre ego nous joue parfois des tours (j'en suis la première victime 😅 ) mais peut-être que ça vaudrait le coup de se pencher un peu sur la question ?
    Vous en pensez quoi ?



  • @Olivier

    Salut,

    Je ne connais pas ce concept de communication non violente mais comme je te lis depuis quelques jours et que très honnêtement, j'ai trouvé qu'on a certainement une philosophie de vie en commun (ce qui m'a été à peu près confirmé dans tes posts de ce matin), je vais faire des recherches sur la CNV pour savoir de quoi ça parle exactement et te ferais un retour



  • Je suis très sceptique vis à vis de tout ce qui tente d'édulcorer le monde, je pense que c'est une façon de se voiler la réalité.

    Perso je suis très sensible aux différentes formes d'hypocrisie, et je trouve que lorsqu'on aseptise un peu trop ses propos, on tombe vite dedans. Alors certes on ne peut pas communiquer en s'aboyant dessus, mais je pense que la communication est tout autant impossible quand on est en mode "bisounours". Je caricature un peu pour expliquer ma position.

    Bref, de but en blanc, je ne suis pas trop convaincu, faudrait creuser un peu plus pour voir davantage ce dont il s'agit concrètement.



  • @ivoire Comme je l'indiquais, il y a beaucoup d'outils dans la CNV, c'est en fait assez "normé" d'après ce que j'en ai compris... C'est plutôt l'approche "instinctive" ou "intuitive" qui m'intéresse, sans forcément s'attacher à la lettre aux outils qui ont été élaborés sur ce sujet...

    @Wolfen Oh c'est intéressant comme point de vue, je n'avais jamais vu ça sous l'angle d'une forme d'hypocrisie... comme je le comprends il ne s'agit pas de se voiler la réalité, mais plutôt d'y faire face en évitant certains pièges de la "sur-émotion" pour réussir à maintenir un "vrai" dialogue avec l'autre même en cas de désaccord, en essayant d'exprimer (tout) son ressenti sans charge, sans s'en prendre à l'autre...



  • @Wolfen Après, la CNV prône pas du tout l'hypocrisie, mais tend plus à reformuler sans assertion négative ou orientée, de sorte à pas surinterpréter et à atténuer la charge émotionnelle parfois excessive d'un discours. En gros, c'est un outil intéressant quand on veut aboutir un dialogue, enfin, c'est mon avis...



  • @Wolfen a dit dans Communication non violente :

    en mode "bisounours".

    J'avoue que j'ai toujours eu du mal avec cette expression. Elle tend selon moi à faire passer la communication non violente pour une démarche niaise, naïve, faible, passive, poussant à la soumission. Chose qu'elle n'est pas.



  • @Peri Tu observeras que j'ai précisé que je caricaturais pour expliquer mon point de vue, pas pour porter un jugement sur la CNV...

    @Olivier et @Noodle Il est vrai qu'une discussion perd tout intérêt quand elle bascule sur des attaques contre l'interlocuteur comme par exemple le dénigrement qui ne donne pas envie de poursuivre.
    Ce que je veux dire, c'est que cela ne me semble pas non plus souhaitable de toujours cacher/atténuer ses réactions émotionnelles ou instinctives, cela peut induire chez l'autre le risque de sur-interpréter ou de mal comprendre un propos.



  • @Wolfen oui, je comprends, comme tout faut être mesuré et pas tomber dans le travers de l'employer à l'excés je pense. C'est un outil, pas une règle immuable ^^



  • @Wolfen a dit dans Communication non violente :

    @Peri Tu observeras que j'ai précisé que je caricaturais pour expliquer mon point de vue, pas pour porter un jugement sur la CNV...

    Tout à fait. Mais le propre de la caricature consiste à grossir une vérité existante. Derrière toute caricature il y a un fond de vrai.



  • @Peri Le fait est que j'ai appris à ne pas faire spontanément confiance aux humains. Alors quand quelqu'un commence à édulcorer ses propos ou devenir obséquieux, la première chose que je me dis, c'est qu'il est en train de me cacher ce qu'il pense réellement...
    C'est sûrement moi qui suis sauvage sur les bords (Et au milieu), mais d'expérience, je préfère...



  • @Olivier

    Très honnêtement, après recherches, je pense que je pratique déjà naturellement un petit peu la CNV dans la mesure où je fuis naturellement le conflit (qui me va mal au teint) donc j'essaie de ne pas me mettre en situation délicate avec quelqu'un dans ma vie de tous les jours autant que possible.

    Et j'essaie donc de tourner mes phrases de façon à ne blesser personne (toujours autant que possible).



  • La CNV va pour moi de pair avec l'intelligence émotionnelle.

    Pour moi, elle est utile quand le dialogue est rompu et qu'on essaie de le réinstaurer. Ce contexte rend très difficile la mise en place de la CNV et il serait important de l'aborder au quotidien.

    Par exemple au travail : en réalisant une formation pour les gens qui doivent gérer une équipe et potentiellement des conflits internes ou externes.

    Ça vaut pour tous les domaines de notre vie et je pense que ceux qui l'appliquent correctement gèrent bien mieux le conflit...



  • @Wolfen à mon sens, la CNV est utile surtout dans 2 cas de figure :
    1 tu veux vraiment dialoguer avec quelqu'un, mais ces propos te heurtent, donc tu les reformules de manière plus propice à désamorcer un conflit et poursuivre la discussion plus sereinement donc
    2 tu veux dialoguer avec quelqu'un, mais tu sens que tes propos risquent de heurter, alors tu les formules de manière à éviter le conflit (pas de jugement de valeur, d'attaques déguisées, de sophismes etc).

    Obséquieux, ça colle pas non plus avec la CNV, qui vise vraiment à éviter le conflit et les incompréhension résultantes d'un dialogue, sans tomber dans la flagornerie ou la dialectique utopique. Si quelqu'un est obséquieux, il n'est pas dans la CNV je pense.

    Et à mon avis, sur les topics Covid typiquement, ça ferait pas de mal qu'on en abuse parfois ^^ Mais je suis la 1ère à pas réussir à l'employer dans des moments clés, c'est pas aisé de l'employer au quotidien.



  • @Noodle tout cela me parait très juste



  • @Olivier
    Ma fille travaille dans un centre de loisirs attaché à des écoles où le personnel est formé à l'éducation bienveillante et qui propose également une aide à la parentalité.
    C'est pour moi un plaisir de constater les effets de cette éducation non seulement sur mon petit fils de 6 ans, mais aussi, au cours d'un voyage scolaire où la directrice s'était blessée au genou et souffrait visiblement : Une atmosphère gaie et sereine, des enfants attentifs, réactifs et attentionnés vis à vis de leur instit.
    bref, l'éducation bienveillante, ça donne des enfants bienveillants ...



  • @ivoire a dit dans Communication non violente :

    @Olivier

    Très honnêtement, après recherches, je pense que je pratique déjà naturellement un petit peu la CNV dans la mesure où je fuis naturellement le conflit (qui me va mal au teint) donc j'essaie de ne pas me mettre en situation délicate avec quelqu'un dans ma vie de tous les jours autant que possible.

    Attention cependant à ne pas glisser de la CNV vers la non communication passive-agressive.



  • J'avais parlé à peu près de la même chose dans un post.

    Et je disais que j'essayais de me l'appliquer a moi-même.

    J'ai tenté des fois et oui ca peut faire baisser la tension et arranger les choses...

    Je l'ai découvert lors de cours d'improvisation théâtrale avec un Super Coatch.

    J'avais pris ses cours pour servir mes collègues au mieu dans mon rôle de délégué du personel (à l'époque). Afin de rapporter et négocier au mieux leurs revendication auprès de la direction qui eux ont des TAS de formations et d'éléments de langage pour nous contrer...

    Parfois ca passe. D'autre c'est plus compliqué et ils faut "Montrer les dents"

    Et je travail encore dessus tout les jours...

    Je me rends compte que au-delà d'aider les autres ca m'aide aussi.

    Car la première phase de la CNV est l'écoute et donc on descends un peu son propre stress en S'arrêtant de ne penser seulement qu'à ses émotions...

    Donc la CNV aide les autres, aide a résoudre les confilts et aide aussi a lâcher prise et donc a baisser son propre stress et agir pour sa santé.

    Enfin c'est comme ca que je le vois perso.



  • J'ai été élevé dans la culture du franc parlé, on y va directement sans détour à dire les choses. Rien de malveillant la dedans. Mais blessant, petit j'étais vraiment très sensible et je pleurais souvent. Avec le temps j'ai compris que c'est pas parce que mes proches étaient très direct qu'il ne m'aimait pas, une chance. Du coup moi aussi je suis comme ça, tout du moins en parti. Je peux dire les choses franchement mais j'essaie de pas y associé des émotions (soupir, intonation ect...).

    A l'inverse quand on est direct avec moi et qu'on y associe une émotion et que celle ci ne me convient pas, ça peut très vite faire monter la sauce (pas celle que vous pensez bande de coquinoux).

    Ma compagne enrobe les choses pour me les dire, j'imagine que c'est ça la CNV, c'était très difficile entre nous au début à cause de cette différence d'éducation, couplé ça avec la peur de la blessée dans mes propos, parfois je gardais les choses pour moi.

    Aujourd'hui je tend vers la CNV quand je tiens vraiment à m'impliquer avec la personne, mais si c'est ma collègue aussi aimable qu'une porte de prison et que je n'apprécie guère, je m'en tamponne le coquillard avec une babouche.



  • @Barbouille ce n'est pas enrober les choses, ce sont les amener sans que l'autre se sente attaqué.
    "Tu t'es encore trompé, tu as oublié de faire ça blabla" devient "Je constate que tu as fait la même erreur là et là. Est-ce que l'explication manquait de clarté ?", "J'ai l'impression que (si on est sur du ressenti)" ou encore "Je me sens mal quand il se passe ça (...)". Bref, ouvrir la conversation pour que la personne ne se sente pas dévalorisée et qu'elle puisse te dire ce qui se passe sans se sentir mal, braqué ou autres sentiments négatifs qui l'empêcherait de s'ouvrir.



  • @LeaPierce 🤔 alors on le fait déjà, mais mon côté perfectionniste (envers moi même) me fais encore prendre mal les choses parfois (je fais de gros effort dessus).

    C'est pas évident car même avec ces façons de dire j'arrive pas forcément à bien le prendre, dans ma tête cela reste en gros une "autre façon" de dire ce qu'on pense vraiment.
    Du genre "j'ai l'impression que tu le fais exprès" (en parlant de laissé traîner un truc par exemple), alors que je fais de mon mieux. J'ai envie de répondre "oui" car bordel c'est vraiment pas une volonté de le faire et que comment sa se fait alors que je me donne à fond pour faire bien même dis comme ça j'ai l'impression que c'est mal.


Log in to reply
 

Nous contacter
Administrateurs : Hornet | Shanna
La Team : Chibi (Référente Modération) | Egon | Godzapon (Référent Technique) | Jool | Mai Tai