Les inégalités vs l'inégalité



  • Oui, le titre est pourri mais il a été fait en deux-deux alors chut.

    Je n'ai pas trouvé de catégorie appropriée pour ce sujet (que j'aurais plutôt simplement rangé en "débats").

    À l'heure où l'on mise sur la parité, l'égalité des sexes en établissant des quotas, en essayant de faire bouger les choses pour que les femmes soient plus représentées dans tous les domaines et notamment dans les postes à responsabilité (et de pouvoir), où l'on nous fait tout un foin sur les inégalités de salaire entre hommes et femmes, sur les discriminations au travail selon le sexe, la couleur de peau, si il y a handicap ou non, aurait-on oublié le principal, à savoir l'inégalité sociale ?
    Le fait qu'il y a un gouffre immense (je dirais de la taille des canyons américains) entre les différentes classes sociales (tandis que certains s'amusent à remettre en question l'existence de celles-ci parce que le terme "classe" est trop connoté marxiste pour leurs petites oreilles délicates) et que l'on sait très bien que la mobilité sociale est de plus en plus longue à se faire (elle se compte en plusieurs générations lorsque l'on part du bas de l'échelle sociale) n'a pas l'air de choquer, un peu comme si tout un chacun s'était résigné à ce qu'une infime minorité de la population détienne la plus grosse part de richesse et de pouvoir tandis que la majorité se retrouve à devoir se partager des petits morceaux et que la classe moyenne s'appauvrit au fil des réformes ultra-libérales des gouvernements successifs.
    Parce que, réfléchissons deux minutes, tout part de cette inégalité sociale. Les personnes les plus pauvres sont aussi celles qui appartiennent aux couches sociales les plus discriminées et c'est en s'attelant à ce problème d'envergure qu'on pourra seulement diminuer les autres inégalités.
    Je vous avoue qu'à chaque fois que j'entends tous ces débats tournant autour de l'égalité entre machin et truc bidule, que je constate toute cette énergie perdue dans la lutte contre diverses discriminations, je trouve cela assez blasant.

    Et vous, vous êtes plus d'accord pour se perdre dans des luttes obscures ? Ou alors, pensez-vous qu'il est d'abord nécessaire de péter la yeule au capitalisme changer en profondeur notre société avant de s'attaquer à des problématiques plus ciblées (qui seraient de toute façon impactées) ?



  • J'ai du mal à me concentrer avec le son de l'Eurovision à fond mais je vais tenter d'aligner quelques mots.

    Je suis d'accord sur le principe qu'il est important de ne pas oublier les inégalités sociales, mais il me semble qu'elles font parties du débat politique contemporain. Les gilets jaunes partaient de ce principe, je crois.

    Cela étant je ne crois pas qu'il faille scinder les luttes, on peut lutter pour différentes problématiques, ça reste complémentaire dans les discours et évolutions de la société.



  • Quand une maison a des fondations pourries ça ne sert à rien de s'écharper à propos de la couleur des rideaux. D'autant plus quand la cave est déjà inondée et que la météo annonce des inondations records...



  • Oui je confirme le titre est bien pourri. 😊

    Les pauvres, c'est fait pour être très pauvres, et les riches, très riches ! 😄

    Je suis d'accord avec toi les inégalités sociales devraient être un sujet bien plus préoccupant. Mais une certaine gauche, au lieu de s'en occuper, préfère être dans le camp de la morale, et combattre la majorité du temps des moulins à vent. Cela a le mérite d'être plus facile.

    Il n'y a pas de justice sociale, les dés sont pipés à la naissance. Selon la classe sociale de nos parents. Cela va forcément impacter notre éducation, notre savoir. Par exemple en classe préparatoire il n'y aura pas beaucoup d'enfants d'ouvriers. Ce n'est pas juste un problème pour financer les études mais c'est tout un environnement familial dans lequel on évolue qui joue donc.

    De plus nous héritons du réseau de nos parents, ce qui peut avoir l'avantage de donner certaines opportunités durant notre existence.

    J'avais retrouvé un article sur ce phénomène de reproduction sociale :
    https://www.lefigaro.fr/conjoncture/2018/06/15/20002-20180615ARTFIG00220-selon-l-ocde-il-faut-six-generations-pour-qu-une-famille-pauvre-atteigne-le-revenu-moyen.php



  • J'avais commencé à répondre ce matin sur mon téléphone et puis une mauvaise touche et tout est parti ! Grrrrrrrr ......

    Je trouve cet article terrible.

    Lorsque j'étais au lycée, en seconde, en 1985, lors d'un cours d'économie, le prof avait décidé de nous expliquer les catégories socio-professionnelles. Et pour appuyer son sujet, il avait décidé de nous demander quelles étaient les professions de nos parents, et celles de nos grands-parents. Et sa conclusion était que les femmes, en se mariant, quittaient leur milieu et passaient dans la catégorie supérieure.
    Et ce jour-là, je me suis sentie très mal, parce que d'un, je ne pouvais pas participer aux statistiques de la classe, parce que j'étais fille d'immigrés et de deux, je ne connaissais pas les professions de mes grands-parents.
    Quoi qu'il en soit, j'ai bénéficié de l'ascenseur social, fille d'immigrés, mon père ouvrier agricole, ma mère ,femme au foyer. J'ai travaillé et grâce à l'école, j'ai quitté mon milieu social.
    Il y a 8 ans j'ai tenté un concours dans l'éducation, et en précisant, lors de ma présentation, mon parcours, j'ai valorisé cette idée d'ascenseur social (car pour moi elle était vraiment importante), et les membres du jury en face de moi, m'ont dit qu'il ne fonctionnait plus, autant oublier ! J'ai été sidérée ( aparté, je n'avais pas bossé les chiffres ni les stats)...
    Donc l'ascenseur social est en panne et je pense qu'il ne va pas reprendre de sitôt et ce, malgré le déterminisme affiché de Macron dans l'article du Figaro. Dans l'éducation nationale déjà, là où cela pouvait fonctionner à une époque, les différentes réformes ont tendance, de plus en plus, à séparer ceux qui peuvent se payer des études des autres.


Log in to reply
 

Nous contacter
Administrateurs : Hornet | Shanna
La Team : Chibi (Référente Modération) | Egon | Godzapon (Référent Technique) | Jool | Mai Tai