Histoire de famille



  • Bonsoir (ou bonjour suivant l'heure de lecture).

    Je sais que j'en ai déjà parlé, mais je vais plus m'intéresser à l'histoire de la famille. Je trouve que c'est très intéressant de savoir d'où l'on vient, de connaître les petites histoire de nos familles, des petits secrets inavouables et compagnie. On constate rapidement que l'on est finalement plus que ce que l'on croit. Je vais donc me lancer avec un historique de ma famille.

    Du côté paternel:

    • Mon grand père est un français "pur souche" comme on dit. L'histoire familiale dit que nous sommes originaire du coin (quelque part en Charentes) depuis des siècles (bien avant la Révolution française). La plus vieille maison du village de mon grand père (celle où il est né et a vécu) semble avoir été construite au 16ième siècle. L'un des passage secret du seigneur local débouchait apparemment dans le cave de la maison. Bref, vous l'aurez compris, c'est une vieille famille de la région. C'est la famille dont je connais le plus l'histoire, car mon grand père aimait nous raconter toutes les petites histoires de famille qui ont émaillées notre grande Histoire de France. On passait de super moment au coin du feu à écouter les histoire de grand père Henri ou de Grand Jean. Que de souvenirs !
    • Ma grand mère possède une histoire plus difficile à remonter. Je sais que la partie sénégalaise de la branche est arrivée en France pendant la seconde guerre mondiale (et oui, j'ai un ancêtre qui faisait parti des fameux tirailleurs sénégalais). L'installation en France n'a pas dû particulièrement facile pour lui. Ensuite, l'autre branche est arrivée d'Algérie dans les années 30. C'était des kabyles. J'en sais guère plus sur l'histoire de cette partie de la famille. Je sais juste que mon ancêtre qui a fait la Première Guerre Mondiale n'a pas fait la Seconde, mais qu'il était chauffeur de maître. Il semblerait qu'il ait eu très chaud pendant l'occupation par les allemands et qu'il a évité la déportation avec sa famille uniquement grâce à l'intervention de son employeur qui était membre d'une des grandes familles de Cognac (enfin propriétaire d'une des plus grosses distillerie de Cognac de Charentes). Les deux branches se sont mélangées avec des français et a donc donné du métissage qui a amené ma grand mère. La mère de mon grand père n'a jamais compris pourquoi il avait choisi de faire sa vie avec ma grand mère.

    Du côté maternel:

    • Mon grand père a des origines russes. Sa famille est arrivée en France à cause de la Révolution en Russie. Je ne comprends pas trop pourquoi, car il le faisait pas partie de la noblesse qui fuyait. Ce devait être des employés particulièrement fidèle que les nobles ont emmené avec eux. Je ne sais pas trop. Surtout que de ce que j'en sais, la famille était originaire d'une région comprise au alentour du Lac Baïkal. Je connais assez peu de chose du côté maternel de la famille, car mes grand parents sont décédés avant ma naissance. Donc aucune transmission orale d'une histoire quelconque. Heureusement que mes oncles et tantes ont quelques infos.
    • Ma grand mère n'a pas de métissage particulier. On sait peut de chose de ce côté là de la branche familiale, mais apparemment elle avait des origine celtes et latine (peut-être des origine italienne vu son nom de jeune fille). Cependant, c'était une belle rousse à la peau blanche d'après les quelques photos que j'ai pu voir.

    Par la suite, j'aurai bien quelques petites histoire à vous conter si vous êtes sage. Et vous, c'est quoi vos origines ? Votre histoire ?



  • Je déplace en "Famille - Amis" qui me semble plus adapté que "Histoire - Religion" 😊



  • Je ne peux pas remonter aussi loin que toi @Dryanaide, et c'est beau de voir les influences de différentes régions du monde dans une même famille !
    Mes grands-parents n'en parlaient pas beaucoup malheureusement. Seule ma mère m'en a parlé, pour sa mère surtout.
    Tout ce que je sais, c'est que mes grands parents paternels étaient vendéens. Ils ont ensuite rejoint la région parisienne.
    Du côté maternel, mon grand-père avait à la fois des origines en Vendée (en somme je suis plutôt à l'ouest ^^) et en Ardèche. Pour la mère de grand-mère avaient des origines du Nord. Une des cousines de ma grand-mère a remonté l'arbre généalogique de ce côté et la plupart des membres de la famille travaillaient dans les mines. Le père de ma grand-mère était un immigré italien, passé par l'Algérie française à l'époque avant de rejoindre Paris également.



  • Justement du côté de ma mère, il y a énormément de secrets de famille donc je ne sais pas beaucoup de choses.
    Mes grands-parents maternels étaient pauvres venant du Sud de l'Italie et mon grand-père est arrivé pour travailler dans les mines en Belgique. Il menait une double vie là-bas donc au bout d'un moment, ma grand-mère a cessé les allers-retours Belgique/Italie pour s'installer définitivement en Belgique. Ma grand-mère n'a jamais vraiment réussi à s'intégrer car elle parlait quasiment pas français. Elle nous a jamais parlé qu'en patois italien de son petit village.
    Mes grands-parents paternels sont de purs belges. Mon grand-père était flamand et ma grand-mère bruxelloise, j'ai pas eu beaucoup d'histoires de leur côté si ce n'est que du côté de ma grand-mère, ils ont réussi à remonter très loin mais je n'ai aucun souvenir de ce qui a été trouvé. 🤔
    Ah oui et ma grand-mère était contre le mariage de mes parents, un homme de bonne famille marié à une pauvresse italienne sans éducation 😱.

    Bref de l'histoire avec un grand H, je ne sais pas grand chose. Je pense que je viens simplement d'une famille de petites gens et ça me va.



  • Mes arrières grands parents du coté de mon grand père étaient des artistes de Théatre, j'ai vu une vieille photo avec leurs costumes de scène



  • Mes ancêtres étaient des guérisseurs et des bâtisseurs. Certains étaient des dégénérés. L'Héritage est lourd à porter, je suis certainement la seule à en avoir conscience et à en supporter les conséquences.



  • @Lavinia tu as Lu les piliers de la terre de Ken Follett ? 🙂



  • @Lavinia a dit dans Histoire de famille. :

    Mes ancêtres étaient des guérisseurs et des bâtisseurs.

    Les miens étaient chasseurs-cueilleurs. (Comment ça, c'est tout le monde ?) 😋


  • Banned

    @Shanna Rires.



  • Aller hop ! Il est temps de parler d'un de mes ancêtres.

    Pour cette petite anecdote, on va parler de Grand-père Loïc (le père de ma grand-mère maternelle). Le bougre était une sacré tête de bois. Il paraît que je tiens ma détermination de ce fameux aïeul. Lors de la débâcle de 1939, il a vu les allemands arriver dans sa petite ville et tout mettre à sac (le pillage a bien existé). Quand ils sont arrivés devant sa petite épicerie, ils ont voulu réquisitionner toute la nourriture et tous ce qui pouvaient être utile au bon fonctionnement d'une armée en campagne. Il a refusé. Ils ont menacé de le faire prisonnier, de l'envoyer dans un camp de travail en Allemagne. Il a encore refusé. Finalement, un officier est arrivé et aurait demandé ce qui se passait. Après avoir prit connaissance de la situation, l'officier allemand aurait sorti son arme pour la pointer sur grand-père Loïc en lui donnant l'ordre de laisser les soldats passer. Il a encore refusé. L'officier lui a tiré une belle entre les deux yeux.

    Cette petite anecdote est une des rares que j'ai sur ce côté de ma famille. Comme dit, mes grand-parents sont décédés avant ma naissance. De ce que je sais, Grand-père Loïc avait fait la Première Guerre Mondiale et faisait parti des mutilés revenus du front. Il était unijambiste. Un tir de mitraille lui aurait arraché la jambe gauche lors d'un assaut. Grand-père Loïc est un peu la légende de la famille du côté de ma mère.



  • Du côté de mon père, et de son père, le colonel : la famille C..cq...
    Sous Louis XIV, le sieur C..quet était maître des eaux et forêts. Le roi, fort content de ses services, décida de l’anoblir et le sieur C..quet devint baron C..quet d'Arcambron.
    La famille prospéra... jusqu'à la révolution.
    Pendant cette période troublée, un de mes ancêtres fut assassiné en sortant de sa banque, à l'age tendre de 103 ans.
    Le reste de la famille fut arrêtée et priée de raccourcir son nom, si elle ne voulait pas être raccourcie de la tête. Les récents anoblis préférèrent garder leur tête, mais pour ne point être confondus avec des manants, rajoutèrent, comme le disait élégamment mon père, un c devant leur q : Il devinrent C..cq...



  • @Roma31 absolument, et j'ai même regardé l'adaptation série TV très bien faite ! ^^



  • Bonjour !

    Aujourd'hui, je vais parler de Grand-père Léo. En fait, il s'appelait Léopold, mais bon, ça sera plus simple d'utiliser son diminutif. C'est le père de ma Grand-mère paternel, donc c'est le tirailleur sénégalais. Il arrive en France en 1916 apparemment. A la fin de la guerre, il reste en France. Il commence à travailler dans un garage comme mécanicien avant de devenir chauffeur. Il finit même par devenir chauffeur de maître (en gros il conduit les limousine de très riche famille). Je ne sais pas trop comment il rencontre son épouse (elle arrive dans les années 30 avec sa famille et elle est kabyle). Quand la seconde guerre mondiale éclate. Grand-père Léopold ne voulait pas repartir au front et son employeur (membre d'une des plus influentes famille de producteur de Cognac) fait en sorte qu'il reste. Il était apparemment sincèrement apprécier par les employeurs. Suite à la défaite, il s'est vite retrouvé en zone occupée par les allemands et il échappe de peu à la déportation avec sa famille encore une fois grâce à son employeur. Cependant, il était traité comme un sous humain par les allemands. L'entrée de son logement donnait sur une rue et une autre entrée donnait sur le garage où il travaillait. Les soldats allemands passait souvent par la maison pour éviter de devoir faire le tour du pâté de maison. Même si au départ, il n'avait pas d'aversion particulière envers les allemands, à la fin de la guerre, il leur vouait une haine incroyable. Un jour, il a réussi à subtiliser le pistolet d'un des soldats et l'a caché dans un bidon d'huile. Le soldat fut envoyé sur le front de l'Est à cause de ça. Lors de la débâcle allemande, grand-père Leo est allé cherché le pistolet dans le bidon d'huile et s'en est servit pour se faire quelques allemands. D'après ce que nous a raconté ma grand mère (sa fille) il a tué comme ça 3 soldats allemands. Le temps est passé et la famille a eu sa première télé à la fin des années 60. Il paraît quand 1969, lors de diffusion des premier pas de l'homme sur la lune, Grand-père Léopold ne comprenait pas ce qui se passait. Il avait du mal à se dire que les image qu'il voyait était celle faite par des hommes marchand sur la lune.

    Un homme simple, qui a connu une vie sortant de l'ordinaire comme beaucoup de gens à cette époque. J'ai connu grand-père Léo même si j'étais trop jeune pour m'en souvenir. Il est décédé quelques mois après ma naissance.



  • Essentiellement bretonne sur 200 ans. Une branche installée dans le Sud-Ouest depuis au moins 1620, et étant remonté progressivement jusqu'en Bretagne vers 1870.
    En fait, plus vous remontez dans le Temps, plus vous êtes originaires de partout.



  • Bonsoir !

    Ce soir, on va parler de la légende familiale, le fameux grand Jean. Il faut savoir que cet ancêtre est hors norme pour ma famille. D'après les informations que j'ai, il mesurait entre 2m et 2.20m. Dans tous les cas, il était très grand et c'est une surprise dans la famille, car les hommes sont de taille moyenne voir petite (mon père et ses frères mesurent moins 1.80m. Bref, il a vécu vers la fin du 19ième siècle. Parfois, je me demande si Victor Hugo n'a pas croisé sa route et c'est dit, mais voilà Jean Valjean.

    Grand Jean était un paysan et comme tous les paysans de ce coin de France travaillait dans les vignes. Ce qui a fait la célébrité de mon ancêtre, c'est parce que lors d'une foire il a fait sensation. Avec son fils, le père de Grand-père Henri, il est allé à la grande foire du coin. Là, il tombe sur des lutteurs et comme il dépassait d'au moins 2 têtes tout le monde, Mr Loyal l'a interpelé pour lui proposer de combattre et gagner la cagnotte. Il accepte et se dirige vers le ring. Là, Mr Loyal lui glisse discrètement de faire semblant de perdre et il touchera une belle somme en échange. Mon aïeul n'était pas très finaud et il a décidé d'ignorer la proposition du forain. Il a allongé d'une seule et unique droite son adversaire. Il a donc empoché la cagnotte malgré le déplaisir évident des forains. Il a quitté les lieux et continué la visite de la foire. En fin de journée, il décide de rentrer chez lui avec son fils. En chemin, les forains lui ont tendu une embuscade afin de récupérer la cagnotte. Il a sauté en bas du chariot et a donné un coup de pied dans le thorax du premier assaillant. Il lui a défoncé la cage thoracique. Puis, il a enchaîné avec un coup de poing du droit il a enfoncé le visage du deuxième agresseur. Les autres ont fuit. Il est rentré chez lui tranquillement. Il se trouve que l'un de ses cousin était garde champêtre et il est venu le prévenir que les gendarmes le cherchaient pour le meurtre de 2 forains. Il est partie se cacher dans une sorte de maquis pendant quelque semaines, le temps qu'ils arrêtent les recherches.

    Voilà l'une des histoires du Fameux Grand Jean. En tout cas, la plus connu.



  • Dis donc tu as beaucoup d'informations sur ta familles et a fortiori tes origines.
    Je t'envie un peu. Je sais globalement d'où viennent les membres de ma familles sur les dernières générations mais c'est tout ce que je sais (sous réserve que ce que je sache est vrai).
    J'avais bien tenté une fois de faire des recherches généalogiques, mais je suis une vraie quiche dans ce domaine, et hormis les prénoms et noms de mes grands-parents, au delà je ne sais quasiment rien.



  • @Martin Comme dit au tout début, je connais peu de choses sur la branche familiale du côté de ma mère et ce que je sais du côté de mon père, c'est parce que j'ai connu mes grand-parents qui ont partagé pleins d'histoires sur nos ancêtres. Sont-elles totalement véridiques, enjolivées ? Je n'en sais rien, mais j'aime bien ce genre de petites histoire qui s'inscrivent dans la grande avec un H majuscule.



  • @Nev a dit dans Histoire de famille :

    Mes grands-parents n'en parlaient pas beaucoup malheureusement.

    Pareil pour moi. Je sais que d'un côté, mes grands-parents étaient des paysans d'une région bien paumée de la France, de l'autre ils faisaient partie de la petite bourgeoisie.
    J'ai plus d'histoires du côté petite bourgeoisie, qui savait lire le journal, avait fait des études et avait pas mal voyagé.
    De l'autre côté, les rares récits ne collaient jamais vraiment à l'Histoire et il était plus facile de leur faire parler de leurs moutons et leurs vaches que de leur vécu pendant les guerres 😊



  • Ce soir, je vais m'attaquer à grand père Henri. C'est le personnage dont je connais le mieux l'histoire. Quelque part dans les affaires de ma grand mère, il y a une photo du grand père Henri qui me tient dans ses bras à la maternité. Fait notable, car il quittait rarement son village. Il l'avait fait pour mon grand frère le premier du nom de la famille, donc l'héritier ce qui revêtait une grande importance pour ce grand homme malgré ses 1.70m.

    Grand père Henri est le premier membre de la famille à avoir obtenu le bac. Malheureusement, ses projet de devenir médecin se sont heurté à l'histoire et la terrible première guerre mondiale. Au début du conflit, il portait fièrement l'uniforme des zouaves. Il a fait l'entièreté de la première guerre mondiale et gardait un souvenir très vif du chemin des dames. Il parlait très peu de cette première guerre mondiale, mais les rares fois qu'il le faisait c'était pour lâcher quelques bribes sur l'enfer vécu là-bas. Je crois que l'histoire qui l'a le plus marqué c'est la mission où il est partie avec sa compagnie pour tenter de reprendre un fort quelconque. Sa compagnie était formée de 50 soldats. Quand le soir venu, il est rentré au camp, ils n'étaient plus que 3. Il y a de nombreux blanc dans son histoire, car cette guerre l'a hanté pour le reste de sa vie.

    A la fin de la guerre, il est rentré chez lui et son père lui a dit "tu dois reprendre la ferme, je me fais trop vieux". C'en était finit de ses rêves d'étude de médecine. Pendant cette période de l'entre deux guerres, il a développé la ferme familiale au point d'en faire l'une des plus grosse propriété terrienne de la régions. Il avait une certaine fierté à dire que partout où se posait son regard depuis le pas de sa maison, c'était ses terres. D'ailleurs, une rivalité c'est formée avec l'autre grand propriétaire terrien du coin. Mon arrière grand père aurait même surpris son rival avec une des domestiques dans une position délicate et il lui aurait mit une bonne paire de baffes. Grand père Henri avait une sainte horreur de l'infidélité et du fait qu'une personne puisse utiliser sa position de force pour obtenir des faveurs. Petit, mais avec un sacré caractère la papy et je crois que j'ai tendance à tenir de lui sur certains points.

    La Seconde guerre mondiale éclate. L'armée fait appel à lui et il répond de manière positive à son enrôlement. Il se retrouve à stationner dans les Ardennes (je crois, ce n'est pas très clair dans les récits familiaux) et il se retrouve fait prisonnier dès les premiers jours de la guerre. Enfermé dans un camp de prisonniers, il fait tout ce qu'il peut pour s'évader. Il n'y arrivera pas et la France capitule. Il a vécu cela comme une humiliation et il n'a jamais accepté de rester en Allemagne dans les camps de travail. Il s'est échapper d'un de ses camps pour rentrer chez lui. En arrivant, il découvre que pendant son absence, son épouse à trouver un radiateur pour chauffer son lit, que son fils (mon grand père était envoyé en internat pour étudier un métier décidé par les allemands, etc. Il se fait arrêter rapidement et retourne en Allemagne dans un autre camp de travail. Il s'évade encore, se fait reprendre et incarcérer dans une prison ou quelque chose du genre. Cela reste assez flou, mais il fait de nombreuses tentatives d'évasions. Pour le punir de son entêtement, il a été envoyé à Auschwitz Birkenau (là aussi, on ne sait pas trop, mais il était dans un camp d'extermination, c'est quasiment certain). Il avait pour fonction de tenir à jour les listes du camp (car il était lettré) et de nettoyer les fours. A la libération, il est rentré chez lui et n'a quasiment plus quitté son domaine.

    Il a vécu en quasi Hermite sur ses terres. Souvent, il dormait dans ses champs avec son fusil de chasse. Bref, il est revenu transformé par ce qu'il a vu là bas. Ma mère qui l'a connu, m'a raconté qu'elle a passé une journée entière assisse en face de lui sans échanger une seule parole. Un moment intense pour elle, car ma mère avait l'impression qu'il était en train de la jauger, de savoir quelle genre de personne elle était. Il n'a quitté sa ferme que deux fois: à la naissance de mon grand frère et à la mienne. Autant je comprend pourquoi il l'a fait pour mon grand frère qui était le premier de ses arrières petits enfants à porté le même nom de famille (l'héritage). Autant, je ne comprends pas pourquoi il s'est déplacé pour moi. Je pense qu'il devait apprécier ma mère. Mon deuxième grand frère est né ailleurs, trop loin pour que grand père Henri puisse se déplacer jusque là. La dernière fois que ma mère l'a vu, il lui a fait visité son chais (une sorte de cave où l'on entrepose le vin, mais surtout où il faisait son propre pineau des Charentes, son eau de vie et son Cognac. Encore une fois, il n'a presque pas parlé, mais cela a semblé quand même lui plaire car il souriait. Mon grand père nous racontait souvent qu'il ne souriait presque plus depuis son retour après la seconde guerre mondiale.



  • @Dryanaide
    T'as une sacrée famille wow 😮

    Je pense que si tu montes bien le truc genre "La famille Kardryashian" tu te fais de l'argent en maaaasse ! 🥳


Log in to reply
 

Nous contacter
Administrateurs : Hornet | Shanna
La Team : Chibi (Référente Modération) | Egon | Godzapon (Référent Technique) | Jool | Mai Tai