Green Book : Sur les routes du sud (Green Book)



  • ea7aadea-8a58-4003-9b56-c4c13e8ccc7c-image.png

    Green Book est un film de Peter Farrelly avec Viggo Mortensen et Mahershala Ali, Oscar du Meilleur film en 2019.

    Dans l'Amérique des années 60, l'histoire vraie de Tony Lip, videur blanc qui va devenir le chauffeur de Don Shirley, pianiste noir pour l'accompagner donner une série de concerts dans les États du sud les plus ségrégationnistes.

    La BA :

    en VO

    C'est un film qui remet en question mon top 10 des années 2010, le meilleur film vu en 2020 à ce jour et un des films que j'ai le plus aimé voir depuis longtemps. Voilà qui pose les fondations d'une critique enthousiaste.

    Il convient de dire un mot sur le contexte : c'est les années 60, il y a 60 ans, nos parents allaient naitre ou étaient enfants – quand ce n'est pas nous-mêmes qui approchons cet âge, big-up nos vieux du forum 😋 des lieux étaient interdits aux noirs dans des pays chantres des libertés et du progrès.
    Que ce soit seulement mieux que pire aujourd'hui est un autre débat.

    Ce film montre la ségrégation mais n'en abuse jamais pour en faire un récit pathétique. Les 2 persos, qu'on pourrait appeler les 2 héros parce que les vrais héros ne portent pas de cape, ne font pas partie de l'histoire : ils sont l'histoire, en se découvrant sur les routes du sud.
    Le spectateur découvre 2 humains envoyant valser les préjugés : le blanc est grossier et incivilisé, le noir est élégant et raffiné, et chacun va avancer vers l'autre parce que chacun a besoin de l'autre. Ali et Mortensen sont superbes et participent à faire de ces persos des héros humains ou des humains héroïques.

    Green Book est un film moderne sur une histoire qui ne l'est plus et tant mieux. Ses acteurs brillent, ses héros brillent, sa réalisation brille, sa musique brille : c'est un film brillant.

    Vous l'avez vu ? faites-le
    Qu'en avez-vous pensé ? du bien j'espère



  • Le point culture : le titre Green Book vient d'un livret recensant les lieux ouverts aux noirs publié entre 1936 et 1966, le Negro Motorist Green Book ou Negro Travelers' Green Book, litt. le livre des voyageurs nègres.
    Un guide Michelin pour noirs en quelque sorte.

    Ça ressemble à ça :

    fc6a077f-9a97-4dff-b773-8a84b55926d7-image.png

    on en voit un exemplaire dans le film, que reçoit Don Shirley avant sa tournée.

    Les lieux autorisés se caractérisaient ainsi :

    2d5851d0-ef96-4a27-9665-2bb4abae96f5-image.png

    Wiki



  • @Hornet Voici mon poste sur mon blog sur ce film qui fut un vrai coup de cœur :

    Green Book raconte, en 1962, l'histoire d'une amitié improbable entre Tony Lip alias "Tony la tchatche", videur americano-italien du Bronx et le Docteur Shirley, génie de la musique et du piano. Tony va être embauché par celui-ci pour le conduire et le protéger sur les routes du Sud de l'Amérique dans la période de ségrégation contre les noirs. L'itinéraire va s'établir en fonction du Green Book, guide qui répertorie tous les endroits où les noirs sont acceptés . Leur parcours va être semé d’embûches mais chacun va profiter du savoir-faire de l'autre au point qu'un lien va se créer entre les deux comparses.

    Une belle histoire d'amitié qui durera jusqu'en 2013, au décès de ceux-ci, à quelques mois d’intervalle. Ce qui est beau c'est de voir comment les personnages évoluent progressivement à leur contact . Ils s'apportent énormément l'un à l'autre et ça créé une belle amitié bien équilibrée . Mahershala Ali donne une leçon d'élégance et avec Viggo Mortensen ils donnent preuve d'une jolie ouverture d'esprit . La BO s'écoute avec plaisir.



  • @Hornet Merci pour ta critique !! Tu m'as convaincue. 😊



  • @Shanna La pression est sur mes épaules, ça me sied.

    pourvu que le Covid-19 emporte un de nous 2 avant qu'elle revienne en furie parce qu'elle a trouvé ça nul



  • @Hornet a dit dans Green Book : Sur les routes du sud (Green Book) :

    Il convient de dire un mot sur le contexte : c'est les années 60, il y a 60 ans, nos parents allaient naitre ou étaient enfants – quand ce n'est pas nous-mêmes qui approchons cet âge, big-up nos vieux du forum 😋 des lieux étaient interdits aux noirs dans des pays chantres des libertés et du progrès.

    DES?



  • @Doc-Cranium Les États-Unis dans le film mais ne nous leurrons pas, c'était pas le seul pays, pê celui où c'était le plus assumé.



  • @Hornet

    Cite moi un autre "pays libre" où la ségrégation avait lieu (je pense pas que l'Afrique du Sud par exemple corresponde à " un pays chantre de liberté ou du progrès")



  • @Doc-Cranium Les autres le disaient pas c'est tout, suffit de voir où on en est 60 ans plus tard chez nous, qu'on ait déjà les mêmes chances d'avoir un boulot en s'appelant Pierre ou Mamadou 😳



  • @Hornet

    La France a pas du tout le passif qu'ont les Etats-Unis en matière de ségrégation. D'ailleurs quand les premiers soldats noirs américains ont débarqué en France durant la Première Guerre Mondiale, ils étaient sidérés par la différence de traitement des noirs en France et aux Etats-Unis.

    Green Book c'est quand même principalement un film sur la ségrégation.



  • Je m'attendais à un film beaucoup plus feel-good, à cause des critiques (comme quoi faudrait jamais en lire avant). En fait le sujet est bien trop dur pour que je me sente bien au visionnage : plusieurs scènes m'ont mis les larmes aux yeux, pas tant de compassion que de rage envers l'humanité en général. Du coup j'étais pas franchement sereine… Bien sûr le film se termine bien et les personnages centraux sont hyper attachants, mais ugh, j'ai tellement honte pour tous les autres. Et dire que c'était il y a si peu de temps, comment les gens pouvaient-ils accepter d'être aussi inhumains ?

    Enfin pour revenir au film en soi, les images sont belles, et rhalala mais quel rôle Viggo Mortensen ne peut-il endosser ? ♥ Faut l'entendre avec son jargon italo-américain, le voir déambuler avec son allure de bourrin, il est parfait ! Pour moi il porte le film, c'est un vrai bonheur de simplement le regarder jouer. 👍

    Un fun-fact que j'ai découvert par hasard : Tony Lip, le vrai, est devenu acteur et il a joué notamment dans Goodfellas, Donnie Brasco, et les Sopranos (il y incarnait Carmine Lupertazzi).
    Son fils aîné, Nick Vallelonga, est scénariste et producteur du film Green Book.



  • @Shanna a dit dans Green Book : Sur les routes du sud (Green Book) :

    feel-good

    Pourtant c'est pas ce que j'en ai dépeint 😳



  • @Hornet Non pas toi, mais rien que sur l'affiche du film : "qui fait du bien" (ouais, les 15 dernières secondes du film font du bien, ya un léger espoir pour l'avenir quoi!).



Nous contacter
Administrateurs : Hornet | Shanna
La Team : Chibi (Référente Modération) | Egon | Godzapon (Référent Technique) | Jool | Mai Tai